Recherche Lexique canonial

Nathalie Gorochov, L’Université de Paris et ses collèges au Moyen Âge. Éléments d’histoire institutionnelle, intellectuelle, religieuse et sociale (XIIIe-XVe siècles), Habilitation à diriger des recherches (garant Jacques Verger), Université de Paris IV, 2010.

Le GDR SALVÉ (Sources, Acteurs et Lieux de la Vie religieuse à l'Époque Médiévale), clos le 1er janvier 2010, a fédéré six programmes de recherches :

  • L'Église et les fidèles du Midi
  • Fasti Ecclesiae Gallicanae
  • Les ordres mendiants
  • PREALP (Peintures murales des Régions Alpines)
  • Réguliers et réseaux
  • Sanctuaires et pèlerinages

Le GDR fut aussi un lieu de formation pour les doctorants. Il proposa à l’École normale supérieure un séminaire animé par Jacques Verger et Hélène Millet sur « L'Église et les églises en Occident à la fin du Moyen Âge », ainsi que, tous les deux ans, une école d'été organisée par le CERCOR.

  • Directrice : Hélène Millet, alors Directeur de recherche au CNRS (Paris I-LAMOP) ;
  • Directrice adjointe : Nicole Bériou, alors membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'Université de Lyon II.

Compte rendu de la réunion de l'équipe des Fasti du 20 juin 2008

 

Informations générales

N.B. : La prochaine réunion aura lieu le vendredi 23 janvier 2009.

Une triste nouvelle pour commencer : le CERCOR (Centre d’études et de recherches sur les congrégations et ordres religieux, site du CERCOR), membre du GDR Salve, est en deuil suite au décès début juin d’Hélène Morin, ingénieur de recherches du CERCOR à Saint-Etienne.

La base FEG a désormais passé le cap des 10 000 notices enregistrées.

Les ouvrages suivants viennent de paraître :

  • Le volume des Fasti concernant le diocèse de Poitiers, par Laurent Vallière. Les membres du groupe peuvent se le procurer à prix privilégié (38 €) par chèque au nom d’Hélène Millet.
  • Vaticana et Medievalia. Études en l'honneur de Louis Duval-Arnould, éd. Jean-Marie Martin, Bernadette Martin-Hisard et Agostino Paravicini-Bagliani, Florence, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2008.
  • La Sainte-Chapelle de Paris : royaume de France ou Jérusalem céleste ? Actes du colloque tenu au Collège de France en 2001, éd. Christine Hediger, Turnhout, Brepols, 2007.
  • Les Hôpitaux, enjeux de pouvoir en France du Nord et en Belgique, IVe-XXe siècles, Hors-série de la Revue du Nord, 2008 : avec notamment un article de P. Montaubin sur les hôpitaux cathédraux de la province de Reims jusqu'au XIIIe s.
  • La Ville et l'Eglise du XIIIe s. à la veille du concile de Trente : regards croisés entre comté de Bourgogne et autres principautés. Actes du colloque des 18 et 19 novembre 2005 (Besançon et Poligny), éd. Jacky Theurot et Nicole Brocard, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

Soutenances de thèse :

  • Jean-Marie Berthe a soutenu le 30 juin une thèse sur les procureurs français à la cour pontificale d'Avignon (Paris IV, dir. J. Verger).
  • Amandine Le Roux soutiendra sa thèse sur les collecteurs pontificaux à l'Université de San Marino le 22 octobre. La soutenance française (Université Paris X-Nanterre, dir. C. Vincent) aura lieu ultérieurement.

En tant que membre du GDR Salve, le groupe des Fasti dispose d'un code d'accès au site BiblioSHS, qui permet la consultation en ligne de nombreux articles et offre aussi l'accès à la base Cairn, proposant des revues numérisées. Les personnes intéressées peuvent demander ce code à H. Millet.

Lors de la réunion a été évoquée la nécessité de renforcer nos liens avec les historiens de l'art, car ils mènent beaucoup de travaux sur les cathédrales, en y intégrant de plus en plus de considérations d'ordre « social » (rapports entre les évolutions du bâtiment et des groupes sociaux qui l'utilisent…). Quelques ex. : Julie Aycard, qui était parmi nous, mène une thèse à l'université d'Amiens (dir. P. Racinet) sur Le chantier flamboyant de la cathédrale ND de Senlis et les paroissiales du Senlentois aux XVe et XVIe s.

Aude Morel poursuit à l'université de Lille III (dir. Anne-Marie Legaré) une thèse sur les salles du trésor en France aux XIIe-XIIIe s. dans l'architecture séculière. Armelle Legendre fait une thèse sur les aménagements intérieurs de la cathédrale de Sens. Sont volontaires pour former un groupe de réflexion sur le développement de ces collaborations : M. Maillard, H. Labarthe, C. Lemé, P. Montaubin, P. Demouy, J. Madignier.

Annonces de colloques et tables rondes :

  • Du 13 au 15 novembre aura lieu un colloque sur Avignon et le schisme.
  • Le 29 novembre 2008 aura lieu en Sorbonne, salle Perroy, la 4e journée organisée par le LAMOP sur les évêques et la fonction épiscopale (coord. Véronique Julerot). Le thème en sera cette année la concurrence liturgique entre évêque et chapitre au sein de la cathédrale. Les intervenants seront : Jean-Luc Fray, Jean-Baptiste Lebigue, Mathieu Lours, Yann Potin, Isabelle Ragnard et Vincent Tabbagh. Le programme précis sera diffusé en octobre.
  • Du 12 au 14 février 2009, le LAMOP organise un colloque international intitulé Les légats pontificaux. Paix et unité de l'Eglise, de la restructuration grégorienne à l'aube du concile de Trente (mi XIe-mi XVIe s.), coordonné par Pascal Montaubin et Hélène Millet. Le programme sera diffusé à l'automne.
  • Le prochain congrès du CTHS, organisé à Bordeaux du 20 au 25 avril 2009, a pour thème Célèbres ou obscurs. Hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire. Les organisateurs ont contacté H. Millet pour proposer aux Fasti d'animer une session spécifique, ou de soumettre des communications individuelles dans la section « Biographies et prosopographies : sources et approches nouvelles » (colloque 3-1). Il n’est pas encore trop tard pour que les membres du groupe désireux d'y participer envoient à H. Millet un mail indiquant leur intérêt de principe et le sujet qu'ils souhaiteraient traiter. L'appel à communications (qui court jusqu'au 15 novembre) est disponible via le site du cths ( http://cths.fr ) et peut être envoyé sous forme papier à tous ceux qui en font la demande sur le site.
  • 2009 sera l'année saint Guillaume (de Bourges, † 1209). Des journées d'étude seront organisées à cette occasion les 28 et 29 octobre 2009 par plusieurs associations et Béatrice de Chancel Bardelot, conservateur en chef des musées de Bourges, a contacté H. Millet pour savoir si quelqu'un pourrait faire une intervention sur le chapitre de Bourges. Merci de vous manifester si vous êtes intéressés.

Etat du projet européen

Le dossier du projet européen initié par les Fasti a été déposé le 12 juin.

Intitulé Legacy, ce projet répond à l’appel d’offre du programme E-Content Plus de la Commission européenne. Il s’inscrit dans les efforts de l’U.E. pour créer une grande bibliothèque numérique via le méta-portail Europeana.

Les partenaires impliqués dans Legacy sont les suivants : le CNRS (le GDR Salve ne pouvant servir de support au projet pour des raisons administratives, c’est le Lamop, auquel est rattaché H. Millet et une partie des Fasti, qui servira de point d’ancrage) ; le LIRIS, laboratoire d’informatique lyonnais ; l’Université catholique du Portugal ; le département d’histoire de l’Université de Pecs ; l’Université de Milan ; l’Université autonome de Madrid ; Brepols ; l'Institut d'histoire croate, qui n'aura qu'un statut d'observateur, la Croatie n’étant pas signataire du programme eContentplus.

Les bases de données françaises intégrées dans le projet sont les suivantes : FEG, la base Collégiales, PREALP, la base de Christiane Lemé sur les stalles, celle d'Hugues Labarthe sur la Gascogne, celle d'Edouard Bouyé sur l'héraldique (en cours de formation).

Notre projet vise à créer un portail, intitulé e-ecclesia, qui permettra de relier les sites de nos différents partenaires et d’accéder à l’ensemble de leurs données. L’objectif est de créer un SIH (système d’informations historiques) permettant, sur la base des diocèses, d’accéder aux données relatives à l’histoire ecclésiastique et de faire des recherches sur des personnages, des lieux, des objets (images, etc.).

L’essentiel des financements servira à standardiser ces sites et créer ce portail de mise en relation : le financement des numérisations ne sera possible que de façon marginale.

En effet, l’objectif premier du projet est de rendre accessibles au plus grand nombre des données déjà numérisées. Soulignons qu’il nous a été demandé dans ce cadre de porter une attention particulière aux besoins des utilisateurs potentiels et une place importante a été prévue pour les remarques et examens d’un comité d’utilisateurs (associations de promotion du patrimoine, de généalogistes, etc.). Ce souci de la vulgarisation et de l’utilisation potentielle de nos travaux par le public est d’ailleurs amené à devenir un point important du montage des projets de recherche sur financement spécifique : il convient d’y être désormais très attentifs.

Un autre enseignement à tirer de la préparation de ce projet européen est l’impossibilité de monter désormais ce type de dossiers sans sortir du monde historique stricto sensu. Il devient indispensable de nouer des collaborations avec des chercheurs d’autres disciplines (informaticiens, sociologues, etc.) afin de valoriser nos travaux aux yeux des financeurs.

Nous saurons à l'automne si le projet est retenu par la Commission européenne (le taux de réussite est d'environ 20 %). Si c'est le cas, nous obtiendrons un financement pour une période de 2 ans 1/2.

 

L'organisation future des Fasti

Hélène Millet partant en retraite à la fin de l'année 2009, il a été nécessaire de réfléchir à la future gestion du groupe des Fasti. Etant donné qu'aucun des membres les plus impliqués dans son fonctionnement actuel n'est chercheur à temps plein, il est apparu qu'il serait à l'avenir impossible de faire reposer cette gestion sur une seule personne, car cela représenterait une masse de travail beaucoup trop importante. Il a donc été décidé que la gestion du groupe se ferait de manière collégiale, par un petit groupe de personnes, qui se répartiront les tâches comme suit :

Organisation du groupe des Fasti Ecclesiae Gallicanae à compter de 2009.

Précisons qu'Irmine Martin, qui part également en retraite en 2009, a accepté de continuer à travailler sur la publication des volumes Fasti, sous forme de vacations, ce qui nous permettra de bénéficier encore un peu de sa grande expérience en la matière.

 

Questions sur la base de données FEG

Il a été signalé que l'impression des diagrammes (menu Statistiques) ne se fait pas correctement : Stéphane Raux va travailler sur le problème.

Pourquoi certains personnages ont-ils des champs "Autres carrières" plus longs que la normale ?
Ce n'est pas du favoritisme de la part du logiciel, mais simplement le résultat de la compilation des notices liées aux différentes qualités du personnage : à chaque fois qu'on rajoute une qualité à un personnage, son champ "Autres carrières" s'allonge automatiquement. Un personnage ayant trois qualités aura donc un champ "Autres carrières" trois fois plus long qu'un personnage n'ayant qu'une seule qualité.

Une version mise à jour au 16 mai 2008 des consignes de saisie est disponible. Elle sera prochainement diffusée par mail à tous les membres du groupe et sera mise en ligne sur le nouveau site des Fasti.

Rappel :
Les données du champ "Ent / Sort" servent pour l'édition papier des volumes, tandis que les données des champs "Prédécesseur" et "Successeur" servent à l'établissement des tables chronologiques dans la base de données. Il est donc indispensable de remplir tous ces champs, même s'ils paraissent redondants au premier abord.

Si vous hésitez sur la succession à une qualité, entre deux prédécesseurs (ou deux successeurs) possibles : il faut corriger manuellement la liste de succession.

Vous allez dans le menu "Tables chronologiques", puis vous choisissez "Listes générées automatiquement, à utiliser pour effectuer des corrections".

Ne vous affolez pas si des incohérences, signalées en rouge, s'affichent dans cette liste générée automatiquement : ce n'est pas cette liste qui sera publiée, mais la liste que vous aurez corrigée manuellement à partir de celle-ci...

Si vous avez un problème en utilisant la base de données FEG, signalez-le immédiatement à Hélène Millet (h.millet@noos.fr, mail) ou Vincent Tabbagh (vtabbagh@u-bourgogne.fr, mail) : n'attendez pas la réunion suivante !

Dans la nouvelle version de la base FEG, sur laquelle travaille actuellement Stéphane Raux, les champs "Sources" et "Bibliographie" seront autonomes l'un par rapport à l'autre. C'est quasiment la seule modification que vous pourrez constater en tant qu'utilisateurs, car le travail de S. Raux porte essentiellement sur une simplification des lignes de codes, destinée à rendre la structure de la base plus facilement manipulable par les informaticiens.

 

Le projet Corelpa (CORpus Electronique des Lettres des PApes des XIIIe et XIVe s.)

Il s'agit d'un projet financé par l'ANR, qui vise essentiellement à compléter la base de données UPLA (Ut per litteras apostolicas, donnant pour l'instant accès à 145 000 lettres) et à développer les modes d'accès et d'interrogation du corpus de lettres, en prévoyant le croisement des informations en provenance d'autres sources.

Le projet, dirigé par l'UMR 5648 de Lyon II, en la personne de Jacques Chiffoleau, a pour partenaires l'EFR, l'IRHT et Brepols (déjà engagés dans la mise au point d'UPLA), l'Université d'Avignon (qui prévoit notamment de numériser les Vitae paparum de Baluze) et le LAMOP au nom de l'équipe des Fasti, qui s'est engagée plus particulièrement à travailler sur l'efficacité des décisions pontificales, en croisant les informations provenant des provisions pontificales avec les informations provenant des sources locales sur la réalité des collations de bénéfices. Ce dernier point passe notamment par la réalisation d'une plate-forme informatique mettant en relation les bases de données UPLA et FEG, ainsi que par la mise au point de procédures d'interrogations de la base UPLA plus précises que celles existant actuellement.

Notre collaboration à ce projet s'est pour l'instant heurtée à des problèmes techniques et administratifs. En effet, il serait nécessaire que les membres des Fasti y travaillant aient accès à la base UPLA. Or, cela nécessite la signature d'un « accord de consortium » entre les différents partenaires du projet (en particulier avec Brepols), mentionnant les apports et obligations de chacun. Cet accord n'a cependant pas encore été signé, alors que le projet court officiellement depuis 15 mois, car sa conclusion est soumise à la signature préalable d'un accord plus large entre Brepols et le CNRS. Ce dernier accord serait sur le point d'être officialisé, mais les choses traînent en longueur. Or le contrat d'un an de notre informaticien, Stéphane Raux, engagé sur les crédits Corelpa, va bientôt se terminer, sans que nous ayons pu mener à bien notre travail.

Afin de profiter au mieux du temps qui reste à Stéphane Raux pour travailler sur ce projet, nous avons décidé d'essayer au moins d'affiner les procédures d'interrogation de la base UPLA. Le problème de cette base est que toutes les informations sur les personnes, les lieux et les bénéfices sont contenues dans un seul champ. De plus, ces informations ne sont pas saisies de façon uniforme : les formulaires des lettres pontificales ont varié au cours du temps, les abréviations diffèrent selon les pontificats et les éditeurs, etc. Enfin, une recherche par mot est rarement pertinente puisque, dans le texte latin, on trouve souvent des énumérations qui ont pour résultat que les mots indiquant le type de bénéfice (canonicatus, decanatus…) sont souvent dissociés du mot indiquant le lieu où se trouve le bénéfice (remensis, etc.). Par conséquent, les interrogations donnent des résultats très "larges", nécessitant un tri manuel de la part du chercheur. Par exemple, si nous cherchons les lettres traitant des provisions aux canonicats rémois, nous allons obtenir aussi toutes les lettres dans lesquelles interviennent pour une raison ou une autre des chanoines de Reims, et nous allons avoir du mal à obtenir les lettres dans lesquelles se trouvent des « chanoine de Paris et de Reims ».

Afin d'affiner les interrogations, il faudrait que le logiciel sache dans quelle partie de chaque analyse de lettre chercher les informations pertinentes. Autrement dit, il nous faut établir une "cartographie" des analyses et éditions de lettres saisies dans la base UPLA, indiquant, pour chaque type de lettres et pour chaque pontificat, dans quel ordre se présentent les informations et quels sont les "mots-clés" qui introduisent aux différentes parties de la lettre (annonce du bénéficiaire, du lieu du bénéfice, etc.), afin que le logiciel d'interrogation puisse ensuite retrouver automatiquement ces informations. Ce travail préalable est relativement long et fastidieux, mais il permettra ensuite de considérablement faciliter la tâche de ceux qui consulteront la base UPLA. Nous avons commencé lors de la réunion à faire ce travail pour quelques types de lettres mais il est loin d'être terminé. Par conséquent, toute personne souhaitant nous aider dans cette tâche à l'avenir est la bienvenue !

 

Le nouveau site internet des Fasti

La gestion du site internet des Fasti ("http://fasti.univ-paris1.fr), jadis réalisé par Jean-Nicolas Rondeau et depuis longtemps laissé plus ou moins à l'abandon, a été reprise cette année par Willy Morice, ingénieur d'études au Lamop. Il travaille actuellement à la réalisation d'un nouveau site, plus convivial et attrayant. Si vous avez des suggestions ou des remarques à faire concernant ce site, n'hésitez pas à les communiquer à Willy Morice (willy.morice@univ-paris1.fr, mail).

Principaux points évoqués lors de la réunion :

 

Le tombeau de l'évêque de Paris, Simon Matifas de Bucy, par Jean-Marie Guillouët

Cette intervention a repris la teneur d'un article paru dans le numéro 159 (2008) de la Revue de l'art, p. 35-43., dans lequel J.-M. Guillouët a analysé les conditions de réalisation d'un gisant et d'une peinture surmontant le tombeau de Simon Matifas de Bucy (†1304) à ND de Paris.

Ce tombeau se trouvait à l'origine dans le parement sud de la chapelle Saint-Nicaise, fondée par l'évêque en même temps que les chapelles Saint-Rigobert et Saint-Marcel. C'est là que se trouve encore la peinture, fortement restaurée et modifiée au XIXe s., et peu étudiée jusqu'à présent, car se trouvant dans une chapelle aujourd'hui dédiée au culte et donc peu visitée par les touristes. Le gisant se trouve maintenant dans la chapelle Saint-Côme. L'état antérieur de l'ensemble est connu par deux dessins de la collection Gaignières. Ce tombeau était complété par une sculpture en pied de l'évêque, installée sur une colonne, dotée d'une inscription commémorative, à l'entrée des trois chapelles orientales qu'il avait fondées. La sculpture a disparu mais est connue par un dessin de Gaignières et l'inscription existe encore. Elle a été reprise dans l'Epitaphier du vieux Paris de manière fautive.

Plusieurs éléments « curieux » ont attiré l'attention de l'auteur :

De tous ces éléments, J.-M. Guillouët tire l'hypothèse que le gisant a été réalisé peu après la mort du prélat, mais que la peinture n'a été réalisée que trente ans plus tard, au moment des travaux du chœur, à l'occasion desquels Pierre du Fayel aurait fait faire un nouveau tombeau pour son oncle, dans un lieu différent du précédent (ce qui expliquerait le retournement du gisant). Il se serait alors adressé, pour la peinture murale, au plus grand artiste contemporain présent à Paris, Jean Pucelle. Ce qui ferait de cette œuvre la plus ancienne peinture monumentale de Paris.

Il a été souligné lors des discussions qu'il faudrait faire une étude stylistique du gisant, pour le dater plus précisément. Il ressemblerait en effet à celui de Foulque de Chanac, réalisé vers 1350 à Saint-Victor (maintenant conservé au Louvre). La forme de la mitre en particulier est intéressante.

 

Compte-rendus de colloques et tables-rondes sur l'histoire de l'Eglise

Les interventions d'A. Massoni (tables rondes sur les transferts épiscopaux organisées à Limoges) et de C. Barralis (table ronde sur les évêques de Metz et leur ville au MA ; 3e journée d'étude du Lamop sur les évêques et la fonction épiscopale) ont été reportées faute de temps.

Le colloque Cathédrales et pélerinages, organisé à Nanterre par C. Vincent et H. Millet les 28 et 29 mars 2008 (J.-M. Matz) :

Y aurait-il incompatibilité entre cathédrale et dévotion pèlerine, la première étant le lieu d’une pratique religieuse régulière et organisée, alors que la seconde relèverait par excellence de l’exceptionnel comme l’écrivait Alphonse Dupront ? Telle a été la ligne de réflexion proposée dans l’argumentaire, qui invitait par ailleurs à explorer quatre questions : les divers types de déplacements vers l’église-mère du diocèse, les cultes concernés, l’attitude du clergé cathédral face au(x) pèlerinage(s) et les relations entre la cathédrale et les autres pèlerinages de la cité ou du diocèse.

Le colloque, centré sur l’espace français, a rassemblé seize intervenants, avec douze communications sur le Moyen Âge et les autres sur l’époque moderne, qui ont apporté chacune un éclairage différent, parfois contradictoire, sur toutes ces questions. Le temps des conclusions définitives n’est assurément pas encore venu mais quatre propositions peuvent être retenues.

La première concerne la terminologie et la nécessité de trancher plus nettement la distinction entre pèlerinage, pratique de dévotion non obligatoire (exception faite du cathedraticum prescrit par les statuts synodaux) qui mène le fidèle au-dedans d’une église, et procession, rite d’obligation relevant de la liturgie et où le cortège se dirige au-dehors. La seconde est un constat : il existe effectivement des cathédrales sans pèlerinage. La grande diversité des situations en la matière est un appel à de nouvelles enquêtes. Elle n’est pas sans lien avec la troisième proposition : le clergé cathédral a eu des attitudes totalement différentes. D’un côté, indifférence ou hostilité. De l’autre, faveurs spirituelles ou aménagements des lieux. Enfin, diverses fonctions des pèlerinages cathédraux sont à distinguer. Si la fonction pénitentielle est de toutes les époques, la fonction judiciaire est beaucoup plus rare. La fonction pastorale, voire politique, est plus d’une fois nettement affirmée, mais variée dans ses objectifs.

Les actes doivent paraître (en 2009) dans la « Bibliothèque d’histoire ecclésiastique » de Louvain et, en attendant, un CR dans le prochain numéro de la Revue Mabillon.

Journées d'études Eglises et pouvoirs sous les derniers Capétiens, organisées par l'ANR sur les derniers Capétiens (P. Montaubin) :

Les communications vont faire l'objet d'une publication. Au nombre de treize en tout (réparties sur deux journées, en 2007 et 2008), elles allaient du milieu du XIIIe s. au milieu du XIVe s.

La première journée portait sur les "moyens d'actions" : beaucoup d'interventions concernaient le roi et son entourage (Simon Festu, Raoul Grosparni légat de la 8e croisade, …). A. Charansonnet a traité des rapports entre politique et ecclésiologie, à travers la querelle des Mendiants et des Séculiers ; R. Tellier les rapports entre églises et juridictions royales sous Philippe IV, J. Théry a évoqué l'affaire Bernard Saisset et P. Lhermitte-Leclercq un poème sur les clercs.

La seconde journée était davantage axée sur les manifestations de la piété royale : plusieurs communications ont évoqué les pratiques charitables des rois (Louis IX, Henri III d'Angleterre, etc.) ; il a été question des trois sépultures de Philippe VI et de la continuité des rites funéraires entre Capétiens directs et Valois, et A. Massoni a présenté Saint-Germain l'Auxerrois dans son rôle de paroisse royale.

Ce compte rendu a été rédigé par Christine Barralis.

Compte rendu de la réunion de l'équipe des Fasti du 25 juin 2004

 

Informations générales

Mathieu Desachy vient de soutenir sa thèse à Paris I : « Cité des hommes. Le chapitre cathédral Notre-Dame de Rodez (1215-1562) ».

Le séminaire de Jacques Verger et Hélène Millet (6 vendredis par an, 10h-12h à l’ENS rue d’Ulm) change de thème. Après la problématique de la réforme, ce sera désormais « L’Église et les églises ». Les différentes équipes du GDR Salvé seront invitées à y présenter leurs travaux à tour de rôle. Programme envoyé sur demande par Mme Martin. Les Fasti seront sollicités l’an prochain pour traiter de la place du chapitre cathédral dans l’Église d’un diocèse et son rôle auprès des autres églises.

Un cycle de formation à la liturgie comportant des sessions sur le calendrier, la messe et le bréviaire a été donné en 2003-2004 à l’IRHT par Jean-Baptiste Lebigue. Ce dernier serait prêt à le répéter pour l’équipe des Fasti, en l’adaptant à ses problèmes. Comme 24 personnes ont manifesté leur intérêt, un stage jumelé à l’une de nos journées, celle de l’été 2005, pourrait être envisagé à Orléans. La question est à l’étude avec le service formation du CNRS pour trouver un financement. Benoît Jordan se propose également pour présenter une typologie des objets et vêtements liturgiques au Musée d’art religieux de Dijon. Les personnes intéressées par tous ces projets sont priées de se manifester auprès de Mme Martin (en remplissant le bulletin prévu à cet effet).

I. La place du canonicat beaunois dans la carrière des chanoines de cathédrale, par J.-P. Brelaud

Le chapitre collégial de Notre-Dame de Beaune, au diocèse d’Autun, est une communauté numériquement importante, dotée d’un temporel étendu, et surpassant en richesse et en prestige plusieurs chapitres cathédraux des alentours. Les chanoines de cathédrales se sont-ils intéressés à Beaune en raison de son prestige, ou ont-ils eu tendance à être écartés par un recrutement avant tout local favorisé par la pratique de la cooptation ? Une dichotomie dans la documentation, fondée sur des sources locales pour le XVe siècle, et essentiellement pontificales (sondages dans les éditions de lettres communes de quelques papes) pour le XIVe, conduit à ne formuler que des hypothèses provisoires.

L’examen des carrières bénéficiales des chanoines de Beaune conduit à identifier 116 chanoines ou dignitaires de cathédrales parmi les 488 chanoines beaunois actuellement recensés. Ces 116 individus ont en général détenu un canonicat dans une cathédrale voisine, Autun pour 55 d’entre eux, Besançon, Chalon, Mâcon, Langres… Certains sont chanoines dans des diocèses septentrionaux (Thérouanne, Cambrai…), leur carrière devant profiter de l’influence ducale sur ces régions.

La place du canonicat beaunois dans la carrière des chanoines de cathédrales est difficile à déterminer, en raison de dépouillements lacunaires. Dans 15 cas, le canonicat de cathédrale est détenu plus ou moins vite après un passage à Beaune, qui apparaîtrait alors comme un début de carrière. Dans près de 75 % des cas, le canonicat de cathédrale est cumulé avec un canonicat beaunois. Ce cumul entraîne un désintérêt pour les affaires du chapitre de Notre-Dame ; même un doyen comme Jean Ogier parvient à être dispensé de résidence à Beaune. Le canonicat beaunois constitue pour ces individus, qui ont tendance à être plus instruits que leurs collègues « locaux », une étape modeste dans une riche carrière. À l’inverse, certains ecclésiastiques privilégient leur canonicat beaunois en faisant des fondations à Beaune ou en nommant leur neveu à des bénéfices beaunois.

La valeur relative d’un canonicat beaunois par rapport à d’autres canonicats est difficile à déterminer. D’après la taxation pour les décimes, ils sont aussi prestigieux sinon plus que les canonicats de sièges épiscopaux environnants. En outre, la collégiale est l’une des plus touchées par les collations pontificales, avec ou sans expectative, sous Jean XXII. Cependant, les permutations réalisées consistent rarement en un échange pur et simple de canonicat beaunois contre un canonicat de cathédrale (ou l’inverse). Soit le canonicat beaunois est accompagné d’un lot de bénéfices divers (cures, chapellenies…), soit l’individu concerne son canonicat de cathédrale et échange son canonicat beaunois avec un ou plusieurs bénéfices mineurs. En outre, les individus qui obtiennent du pape un canonicat et, parfois, une prébende à Beaune ne sont que très rarement titulaires d’un canonicat dans une cathédrale. Enfin, peu de chanoines beaunois sollicitent un canonicat de cathédrale, en particulier sous Urbain V : sont-ils satisfaits de leur sort, ou contraints par la discipline du chapitre, ou bien sentent-ils qu’ils ne peuvent obtenir autre chose ?

Ainsi, la place modeste du canonicat beaunois dans la carrière des chanoines de cathédrales est malgré tout réelle, et les détails fournis par des sources beaunoises d’une grande richesse peuvent intéresser les études sur plusieurs diocèses.

Question/Réponse : À la suite de cette communication, Véronique Julerot se demande si les exemptions n’arrivent pas à Beaune assez tardivement. Vincent Tabbagh ajoute qu’elles concernent tôt les cathédrales mais de manière plus variable les collégiales. Hélène Millet demande si, par leur cursus, certains chanoines se distinguent. Jean-Pierre Brelaud répond qu’il s’avère difficile de le déterminer et que, globalement, leur niveau intellectuel semble surtout meilleur au XVe siècle.

II. Les transformations du recrutement canonial autunois du XIe au XIVe siècle, par Jacques Madignier

C’est au IIIe siècle que l’organisation épiscopale s’établit dans la confédération éduenne qui fut rapidement assimilée au diocèse d’Autun (episcopus civitatis eduensis). Les contours de la communauté cléricale vivant dans l’entourage de l’évêque se dessinèrent à partir du VIIe : en 677, elle comptait une quarantaine de membres ; au milieu du IXe, une cinquantaine, ce qui la situait au niveau de celles de Langres (48), de Paris (50), d’Auxerre (59). Aux XIIe-XIIIe siècles, le chapitre autunois regroupait 48 prébendes, avec prébendes doubles pour le doyen et le chantre. Parmi ces 48 prébendes, 10 étaient réservées aux dignitaires. Durant les XIe et XIIe, le rôle et la place de chacun de ces dignitaires se transformèrent en particulier lors de la séparation de la mense épiscopale et la mense canoniale : doyen et chantre furent portés à la tête du chapitre ; les deux prévôts de Sussey et de Bligny, les quatre archidiacres d’Autun, d’Avallon, de Beaune et de Flavigny rétrogradèrent, ce qui occasionna de multiples conflits de prérogatives entre les uns et les autres ; les deux ultimes dignités étaient confiées aux abbés de deux abbayes sécularisées, celles de Saint-Étienne et de Saint-Pierre l’Étrier ; le sénéchal fut exclu du rang des dignitaires pour n’être que le majordome de l’évêque.

Les travaux conduits par Jacques Madignier, dans le cadre d’une thèse de doctorat sous la direction de Vincent Tabbagh ont permis d’établir une liste de 760 chanoines (54 pour le XIe ; 141 pour le XIIe ; 215 pour le XIIIe et plus de 240 pour le XIVe) et de mettre en évidence les structures et les transformations du recrutement canonial autunois.

1. La cohérence du recrutement du XIe siècle au XIIIe siècle : durant ces trois siècles, le recrutement du chapitre cathédral resta presque immuable ; cela s’expliquait par la collation de l’ordinaire, partagée entre le chapitre et l’évêque : au chapitre revenait le droit de nommer le doyen, le chantre et les chanoines ; à l’évêque, le droit de choisir les 8 autres dignitaires. Les chanoines autunois étaient très majoritairement issus des lignages nobles de Bourgogne (85 % des chanoines à l’origine sociale connue), ce qui n’excluait pas qu’il y ait eu quelques chanoines d’origine urbaine, venus des cités d’Autun, de Beaune, de Semur… Aux XIe-XIIe siècles, le recrutement des dignitaires se faisait dans les familles ducales et comtales ou chez leurs alliés les plus proches (les lignages de Bagé, de Mont-Saint-Jean…) ; les simples chanoines se recrutaient dans la petite noblesse proche de la cité autunoise. Au XIIIe siècle, le recrutement s’élargit aux clans familiaux qui tenaient châteaux sur l’arrière côte bourguignonne et en Auxois : les lignages de Vergy, Corrabuef, Châteauneuf, Sully, Marigny, Arcy, Pouilly… fournirent nombre de dignitaires ; le moindre cadet de miles tenant maison forte dans le diocèse pouvait devenir chanoine. Durant ces trois siècles, une dizaine de familles assurèrent leur mainmise sur le chapitre et en particulier sur les dignités ; l’ouverture sociale restait limitée, car tout chanoine avait le constant souci de pérenniser la présence de sa famille (la moitié des membres du chapitre d’origine connue avait un parent au chapitre). Par conséquent le recrutement géographique était étroit (85 % des chanoines à l’origine connue étaient issus du diocèse) ; les rares « étrangers » venaient des diocèses voisins, prioritairement des diocèses de Chalon sur Saône, de Mâcon, de Langres, de Besançon. La formation tant religieuse qu’intellectuelle était faible. La plupart des chanoines d’Autun étaient de simples clercs et ce n’est que sous la pression des papes (Alexandre IV) que leur niveau s’éleva, que la part des prêtres tendit à s’accroître. Au final, les carrières canoniales autunoises réservées aux cadets des clans aristocratiques bourguignons, étaient très stéréotypées. Les plus hauts dignitaires aspiraient à briguer le siège épiscopal (au XIe, 100 % des évêques étaient issus du chapitre ; au XIIe siècle, 60 % ; au XIIIe siècle, 50 %). L’ambition des autres chanoines était très réduite : les cumuls étaient rares et l’aventure au service des puissants ne les tentait guère.

2. Les bouleversements du recrutement au XIVe siècle : à partir de la fin du XIIIe, la rupture de conjoncture, la montée en puissance des pouvoirs laïc et pontifical, l’émergence d’une élite urbaine formée dans les universités firent voler en éclats le modèle autunois. L’irruption de la collation pontificale fut brutale et décisive. Elle s’imposa d’abord à l’occasion d’élections épiscopales litigieuses (1283, 1298), puis s’attaqua aux dignités et canonicats. Les interventions furent massives sous Jean XXII (moyenne de 5,5 par an) et sous Grégoire XI (moyenne de 4,5 par an). Cela conduisit à un glissement des aires de recrutement : le recrutement local déclina (43 % au XIVe) et se redéploya à travers le diocèse ; le recrutement s’ouvrit aux diocèses voisins, aux provinces ecclésiastiques du Sud et à l’Italie d’où étaient originaires les protégés des papes. Le recrutement social resta majoritairement aristocratique même si on devine une poussée du recrutement urbain venu des villes méridionales mais aussi des villes du diocèse. Formation religieuse et formation intellectuelle progressèrent rapidement, à la fois sous l’influence des clercs étrangers au diocèse et la volonté d’adaptation et de survie des clercs locaux (28 % des chanoines désormais dans les ordres sacrés, 41 % de chanoines diplômés). Les carrières au service des grands devinrent courantes (cela concernait 41 % des chanoines autunois, 22 % occupant des postes d’officiers, 19 % ayant le statut de familiers). De nouveaux profils de carrières se dessinèrent, largement influencés par la pratique du cumul. On assista à la montée en puissances des carrières protégées, qui concernaient les étrangers à Autun mais aussi les Autunois : en premier lieu, les serviteurs de l’Église : cardinaux (11), serviteurs et officiers du pape (40), serviteurs des cardinaux (20) ; puis les serviteurs des puissances laïques : serviteurs du roi de France (15), du duc de Bourgogne (22). Tout cela n’excluait pas la persistance importante de carrières canoniales locales, aux ambitions réduites au cumul de prébendes de collégiales, de cures, de chapellenies… Alors que l’attraction de la cour bourguignonne et des riches collégiales tarissait quelque peu le recrutement venu de la côte et de l’arrière côte bourguignonne, les chanoines autunois provenaient désormais de l’Auxois, du Morvan et du val d’Arroux… et par leur présence régulière assurait une sorte de stabilité au chapitre. La soustraction d’obédience de 1398 rétablit le système de collation de l’ordinaire et marqua le retour d’un recrutement presque exclusivement local, laissant ainsi le champ libre à l’influence grandissante des ducs de Bourgogne.

III. Quelles sources pour étudier les chapitres de Digne et Riez ?, par Thirry Pécout

Digne et Riez sont deux petits diocèses des Pré-alpes du sud, supérieurs en superficie au diocèse de Vence. Ces diocèses abritent une cinquantaine de paroisses et, à la fin du XIIIe siècle, leur taxation pour la décime est assez basse.

Ces dernières années ont vu un renouveau de la recherche, notamment archéologique. Dans les zones basses se trouvent les vestiges antiques, tandis que la cathédrale médiévale se situe plutôt en hauteur. Pour celle-ci, des travaux de fouilles ont été entrepris à Digne. À Riez, un programme est en cours : principalement axé sur l’Antiquité, il permettra malgré tout d’approfondir notre connaissance de la cathédrale antique et notamment du baptistère entretenus par le chapitre à partir du XIIe siècle.

Les fonds documentaires de ces deux diocèses sont extrêmement pauvres, les érudits modernes et contemporains se révèlent donc tout à fait précieux. À Digne, Pierre Gassendi, précurseur de l’historiographie provençale au XVIIe siècle, a effectivement transmis les archives du chapitre à l’occasion de son installation comme prévôt. Son prédécesseur ayant entrepris de les brûler (certains manuscrits portent sans doute encore les traces de cette tentative), il entreprend un sauvetage ainsi qu’un inventaire des transcriptions de confirmations pontificales du XIIe siècle. Son travail s’avère d’une grande fiabilité. Pour Riez, c’est un prêtre bénéficié qui, avant 1758, s’attelle à cette tâche mais réalise simplement un inventaire de titres récemment découverts et jusqu’alors conservés dans des archives privées, base de sa publication concernant la succession des évêques de Riez. À cette source s’ajoutent également quelques titres dispersés, dans les archives comtales ou dans le fonds des ordres militaires par exemple. Au XIXe siècle, le chanoine Albanès (1897) débute des recherches dans le cadre d’un procès en canonisation d’Urbain V : il mêle foi en l’apostolicité des Églises provençales, légendes magdaléniennes mais aussi une méthode rigoureuse. Les archives départementales des Bouches du Rhône (26 F, fonds Albanès) conservent des liasses de ses notes, dont certaines ont été publiées dans sa Gallia Christiana Novissima ; beaucoup restent toutefois inédites. Il a collecté des actes, des bulles de nominations, toutes ces informations étant présentées sous forme de petites fiches. L’historien dispose donc de sources très éparses, d’autant plus particulières qu’elles ne comprennent pas d’obituaire (perdu, celui-ci a tout de même été consulté par les rédacteurs de la Gallia ; l’obituaire d’Aix peut aussi pallier cette absence ; l’obituaire de Digne a été copié au début du XVIIe siècle). Il reste encore à dépouiller les sources non-locales.

En fait, ces archives locales permettent essentiellement une histoire du temporel. Pour Digne, Thierry Pécout dispose de nombreux statuts provinciaux et capitulaires (de 1214 à la fin du XVe siècle), auxquels s’ajoutent une ordonnance et un registre des sentences du prévôt pour la période 1337-1338, un curieux cartulaire commençant en 1320 par une délibération capitulaire et par une constitution de Jean XXII partiellement retranscrite (Suscepti regiminis). Les actes notariés qui sont assez fournis pour la deuxième moitié du XVe siècle offrent des informations complémentaires. En revanche, il n’existe pas de délibérations capitulaires et, bien que le registre des anniversaires soit actuellement conservé, celui-ci couvre une courte période, mi XVe siècle– mi XVIe siècle. À Digne comme à Riez, le chapitre comporte douze membres au XIIIe siècle avec, le plus couramment, huit présents. Les dignités sont difficiles à déterminer. Le prévôt, qui possède un double suffrage est attesté à la fin du XIe siècle pour Riez et au XIIe siècle pour Digne. Pour cette dernière, un archiprêtre est mentionné vers 1250, mais à une seule occasion. En revanche, des archidiacres sont attestés dans les deux chapitres au XIIIe siècle. À Riez, l’archidiacre apparaît toujours avec les chanoines, comme un membre parmi d’autres. À la fin du XVe siècle, se note la présence d’un sacriste qui tient aussi la fonction d’official (dont la première occurrence se trouve en 1320). Dès le XIIIe siècle, le chantre est présenté comme un personnage à la formation de qualité.

Le temporel est de constitution récente (à l’instar d’autres diocèses provençaux), beaucoup plus structuré à partir du XIIIe siècle. C’est au cours de cette période que semble s’opérer un véritable tournant en la matière : l’évêque procède à des évictions, sous la protection comtale, à la captation d’héritage, notamment par le biais de chanoines, uniques dépositaires de petites fortunes familiales et locales. Un temporel rural, qui tend particulièrement à se constituer le long d’un axe antique, nécessite par ailleurs, en 1340, une réorganisation.

Thierry Pécout termine son exposé en signalant le renouveau du culte de l’évêque et confesseur fondateur du siège épiscopal de Riez 1230, avec l’acquisition d’un reliquaire de saint Maxime.

Question/Réponse: Cette communication suscite une question méthodologique : quel est l’intérêt d’avoir choisi deux diocèses appartenants à des provinces ecclésiastiques différentes. Thierry Pécout répond qu’il y a, en réalité, peu d’échanges entre les deux, qu’il s’agit davantage d’un choix d’ordre pratique, et que les sources disponibles différentes pour les deux sièges en éclairent les structures de manière complémentaire.

IV. Calendriers liturgiques et inventaires de reliques. Comment les traiter ? L'exemple d'Angers, par Jean-Michel Matz

Il s’agit de déterminer comment le chapitre cathédral peut jouer un rôle dans la vie liturgique. Les manuscrits liturgiques qui constituent évidemment des sources principales posent deux problèmes :

  • un problème d’attribution
  • un problème de datation

Lorsqu’un manuscrit porte un ex-libris, l’attribution à une église particulière est plus évidente, de même que l’étude d’un calendrier peut permettre une telle attribution (exemple à Angers avec la collégiale Saint-Jean-Baptiste).

La présence, l’absence d’un saint récent ou canonisé facilitent par ailleurs la datation d’un manuscrit, que la mention soit d’une première ou d’une seconde main. L’introduction des saints mendiants, des fêtes de saint Louis, de saint Yves (canonisé en 1347), ou encore la translation de saints (ex. : 16 août 1239, translation de saint Maurille) sont également de bons indicateurs.

L’étude de ces manuscrits amène quelques constatations. Jean-Michel Matz observe tout d’abord une augmentation du nombre des fêtes du XIIIe au XVIe siècle : une centaine au XIIIe siècle, environ 250 au début du XVIe siècle. Les fêtes du Christ, de la Vierge (à l’exception de celle de la Visitation car Urbain VI l’institue au cours du Grand Schisme), ainsi que les fêtes des martyrs, ne présentent pas d’intérêt au plan local. Il faut, en revanche, relever les fêtes des évêques angevins : dix sont célébrés, dont saint René qui n’a jamais existé. Importe ensuite le degré de solennité de ces fêtes, dont la hiérarchisation passe par plusieurs procédés à partir du XIIe siècle :

L’utilisation d’une encre de couleur (rouge par exemple), la rubrication indiquant seulement une solennité mais non son degré.

L’introduction plus ou moins tardive des vigiles, la veille, ou d’octaves (ex. : saint Maurice, saint René), pouvant intervenir dans un délai de 5 à 8 jours après la fête.

Les inventaires de reliques sont, avec ces manuscrits, des sources essentielles. À chaque changement d’officier, un nouveau document est réalisé, qui ne pose donc généralement pas de problème de datation et d’attribution (Jean-Michel Matz exclut ici un document de 1211 : cet acte est davantage un procès-verbal ; très incomplet, il suggère une considérable augmentation entre 1300 et 1500, donnant une image fausse de l’état du trésor au début du XIIIe siècle). Ces actes ne reflètent pas, cependant, l’état matériel des reliques : alors que les comptes de la fabrique consignent des réparations faites aux reliquaires, les inventaires n’en font pas mention. Le seul saint récent dans les sources angevines est saint Yves.

Ces reliques nécessitent, par la suite, de déterminer leurs origines (ce sont essentiellement des laïcs qui en font présent, surtout des nobles telle Marguerite d’Anjou, morte en 1482) et d’en dresser la typologie : reliques du Christ, de la Vierge, des saints de l’Ancien Testament, des apôtres, des papes, des évêques, des moines, des femmes, des saints locaux et / ou récents. Jean-Michel Matz constate alors l’archaïsme du trésor de la cathédrale d’Angers, peu riche en reliques et en saints (contrairement aux 250 reliques du Mont-Saint-Michel). Le nombre de saints est toujours inférieur au nombre de reliques ; plus généralement, la part prise par les saints évêques dans un trésor de cathédrale est toujours très variable (20 % à Sens, 14 % à Bayeux).

Questions/Réponses : Les réactions à l’intervention de Jean-Michel Matz sont nombreuses. Les premières interrogations portent sur les chapes et le droit de chape. Dans les chapitres, cet élément vestimentaire très important peut être porté par les seuls chanoines. Vincent Tabbagh souligne qu’à Rouen, il peut être de couleurs très différentes, parfois même aux armes des familles ou selon le goût des chanoines. Cette constatation est confirmée à Angers par Jean-Michel Matz. Les participants remarquent aussi l’existence des fêtes à trois chapes, c’est-à-dire de fêtes où trois chanoines célébrants, en chape, se trouvent au chœur. À Rouen, Reims et à Sens, on ne connaît pas d’expression similaire. À Amiens, au contraire, les sources mentionnent ces fêtes. L’absence de fêtes doubles ou triples des calendriers angevins est surprenante. Certains se demandent également si la cathédrale initie des fêtes ? S’il y a émulation et concurrence avec les collégiales ? Jean-Michel Matz répond qu’il faudrait mettre en évidence une prééminence de la cathédrale et savoir si sa dédicace est fêtée par toutes les églises du diocèse. On remarque l’obligation faite à tous les diocésains de faire un pèlerinage au moins une fois à la cathédrale, rappelée par l’évêque au XIIIe siècle et certainement déjà passée dans les faits. Toutes les processions angevines partent et reviennent à la cathédrale, sans jamais passer par les couvents mendiants, les frères étant même absents des collèges requis. Vincent Tabbagh demande s’il n’y aurait pas un rapport entre les statuts synodaux et le calendrier liturgique de la cathédrale ? À Angers, les fêtes chômées décidées par l’évêque ne semblent pas induire de nouvelles fêtes dans le calendrier.

V. Ebauche de notice institutionnelle pour le diocèse de Tours, par Antoni Rougeaux

Pour sa maîtrise (soutenue la veille) sous la direction d’Hélène Millet et Jean-Philippe Genet, Antoni Rougeaux a repris le dossier des chanoines de Tours commencé par Philippe Maurice dans le cadre d’une bourse post-doctorale. Il présente les problèmes auxquels il a été confronté. La principale difficulté a été de déterminer qui était ou non dignitaire, notamment les archiprêtres. À Tours, le chapitre semble comporter huit dignitaires. Pour établir la liste des dignitaires (8 ?), Antoni Rougeaux avait des sources contradictoires. Il semble que quatre archiprêtres aient été officiers mais non dignitaires, à la différence du grand archiprêtre de Tours qui était quant à lui un dignitaire.

Question/Réponse: Vincent Tabbagh remarque que les archiprêtres sont assez rares en France du Nord. À Tours, les sources ne mentionnant jamais les doyens ruraux, les archiprêtres occupaient probablement aussi cette fonction.

Compte rendu établi par Delphine Lannaud et Jean-Pierre Brelaud, relu pour ce qui les concernait par Jacques Madignier, Jean-Michel Matz et Thierry Pécout.

Compte rendu de la réunion de l'équipe des Fasti du 7 janvier 2005

 

Informations générales

Travaux d’ensemble

Le tome IX des Fasti concernant le diocèse de Sées est paru fin mars. C’est un volume de 193 pages. Le croisement entre les volumes des Fasti commence à être significatif :

Fabrication d’une base de données

L’année 2005 sera consacrée à la configuration d’une base de données. Son support reste à étudier (CD-Rom, base en ligne ?) Cette base de données facilitera l’harmonisation des différents volumes des Fasti en donnant des consignes de mises à jour, de corrections…

Question à l’équipe des Fasti

Quelle sera la participation des Fasti au séminaire de J. Verger et H. Millet, désormais pris en charge, alternativement, par les programmes du GDR Salvé sur la thématique « L’Église et les églises en Occident à la fin du Moyen Âge » ?

V. Tabbagh évoque les rapports entre l’église-mère et le reste du diocèse. D’autres sujets sont proposés concernant les synodes, les transports de reliques, les fêtes, les serments de fidélité.

Nouvelles

La perspective d’une réunion d’hiver à Avignon est annulée, l’EFR n’ayant pas donné suite à l’offre d’une manifestation commune à l’occasion de la publication du 2d CD Ut per litteras apostolicas et du CD de la base données cumulées des Fasti.

Une rencontre est organisée à Montpellier le 4 février sur le diocèse de Mende par le programme « L’Église et les fidèles du Midi » du GDR, avec la participation de Philippe Maurice et Hélène Millet.

Un colloque aura lieu à Albi les 31 mars-1er avril, sur les cités épiscopales.

Devant les difficultés d’organisation du stage de liturgie animé par Jean-Baptiste Lebigue, primiti­vement prévu à Orléans le 2 juillet prochain, il a été décidé de le repousser à l’hiver prochain, à Paris.

Christine Barralis a soutenu sa thèse : Le siège épiscopal de Meaux du XIIIe au XVIe siècle.

Distribution du programme du colloque Mabillon qui aura lieu à Poitiers le 21 janvier 2005.

La bibliothèque des Fasti, située en salle G 687 à la Sorbonne est facilement accessible depuis que Willy Morice y travaille en permanence. S’assurer néanmoins par prudence de son ouverture par téléphone : 01 40 46 31 73. Il est possible d’emprunter les livres.

Publications

I. Les entrées épiscopales dans la cité de l'évêque en France, fin XVe siècle, par Véronique Julerot

Dans la continuité de sa thèse sur les élections épiscopales en France à la fin du XVe siècle, V. J. étudie l’entrée épiscopale, primum ingressus, ultime étape pour l’évêque dans le processus de prise de possession de son siège. Ce n’est, en effet, qu’après l’élection et sa confirmation – ou la provision apostolique –, le sacre, le serment de fidélité prêté au roi, que l’évêque peut entrer dans sa cité et prendre possession solennelle de son église.

Contrairement à l’élection et au sacre, l’entrée n’obéit pas à des règles de droit canon, et contrairement au serment de fidélité, les ouvrages de droit ne la mentionnent pas. On retrouve cependant ce rituel dans d’autres sources dès le 13e siècle (cf. Guillaume Le Maire à Angers). On sait que l’entrée épiscopale existe depuis l’Antiquité tardive (M. McCormick), mais il n’est pas question de confondre le rituel du 15e siècle avec l’adventus antique, même si certains liens peuvent être décelés. Contrairement aux entrées royales qui ont bénéficié de travaux considérables (depuis B. Guenée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises… 1968), l’intérêt pour les entrées épiscopales est plus diffus (articles du xixe siècle ou plus récents mais fondamentaux comme ceux de P. Demouy sur Reims, J. Théry sur Thérouanne, et notices des Fasti).

Les sources:

Les chroniques sont d’un maigre secours : le Petit Thalamus ne décrit que trois entrées pour sept évêques à Montpellier et le Bourgeois de Paris, sans doute chanoine de la cathédrale, donne beaucoup plus de détails sur les entrées royales que sur les entrées épiscopales. V. J. s’appuie principalement sur deux catégories de sources à conjuguer, partielles et partiales : des actes de la pratique : registres capitulaires et communaux ; et des sources judiciaires : conflits de juridiction, procès opposant deux candidats à un évêché.

V. J. nous présente dans un premier temps le squelette d’une entrée, puis tente une archéologie de ces entrées par une analyse structurale.

Le squelette d’une entrée:

Une entrée implique quelques préludes. L’élu, ou le pourvu reconnu, et le chapitre conviennent d’une date et préviennent les autres participants. Vient alors la préparation des lieux : le chœur de la cathédrale, la ville. Il n’y a pas de traces conservées d’organisation de spectacle. La veille de l’entrée, le prélat est reçu par une procession (conseil municipal, clergé) à l’extérieur de la ville et conduit jusqu’à un établissement régulier, le plus souvent bénédictin, sis extra muros : Saint-Ouen à Rouen, Saint-Victor à Paris, Saint-Sulpice à Bourges. Selon les textes, il mange et dort, ou prie pendant la nuit. Vient ensuite la cérémonie. Revêtu des habits pontificaux, l’évêque s’incline devant les reliques du monastère, offre quelque drap précieux, et prête serment de respecter les privilèges de l’établissement. Un cortège, constitué de tous les corps constitués de la cité, vient chercher l’évêque. À Paris, l’évêque sort de Saint-Victor accompagné des officiers municipaux pour rejoindre Sainte-Geneviève. La procession emmène le prélat par la porte Bordelle – ou « Saint-Marcel » – à Paris, celle du Grand-Pont à Rouen, celle de Saint-Sulpice à Bourges. À Rouen et Paris, les moines accompagnent le futur évêque jusqu’à la cathédrale tandis qu’à Bourges ils restent à l’extérieur des murs. L’évêque se rend à la cathédrale soit transporté par les vassaux qui lui ont fait hommage (Paris, Bourges), soit à pied (Rouen, où l’évêque est en outre déchaussé dans une église paroissiale avant de gagner la cathédrale). La procession qui accompagne l’évêque rencontre alors celle des chanoines. Des gestes liturgiques sont échangés. L’évêque prête serment de respecter les droits de l’Église. Alors seulement la porte de la cathédrale peut s’ouvrir. À Paris l’évêque sonne une clochette ; il est écrit que c’est en signe de possession. Tous vont à l’autel : don de draps d’or, répons, intronisation, installation dans la chaire. Messe. La cérémonie se clôt par un déjeuner, prandium solemnium (au sens de solennel ou traditionnel ?). Voilà présentée l’ossature d’un cérémonial, qui, dans les faits, se décline selon des spécificités propres à chaque diocèse.

Cette présentation d’ensemble est l’occasion pour V. J. de s’interroger, à propos de ce cérémonial sur les notions de temps, espace et acteurs. Le temps : En raison de la fréquence du choix du dimanche, V. J. s’interroge sur des liens avec le sacre de l’évêque (Cf. art. Pierre Batifol « La liturgie du sacre », 1927) : habits pontificaux, entrée sur deux jours, deux pôles : monastères/cathédrale. L’espace : le passage de la porte est toujours mentionné dans le récit. S’il n’a pas fait son entrée, les chanoines ne permettent à l’évêque de Paris d’entrer dans la ville que sous certaines conditions, et par certaines portes. Par la distinction entre l’extérieur et l’intérieur de la ville, la mémoire de l’adventus antique (Kantorowicz) saute ici aux yeux. La procession de l’entrée suit un trajet entre deux pôles religieux (monastère et cathédrale), avec des étapes à caractère religieux (églises, cimetière), et traverse deux portes, celle de la ville et celle de la cathédrale. À chacune d’elles, des acteurs différents livrent la personne de l’évêque. Ainsi, il s’agit plus d’une succession de réceptions plutôt que d’une unique entrée. Les acteurs : la foule (à l’entrée de Georges d’Amboise à Rouen, distribution d’indulgences). Les vassaux qui rendent hommage : le portage est un service dû pour un fief précis (pas de vassaux à Reims ou Rouen). Le rôle des moines met en exergue le clergé surtout masculin et surtout bénédictin. Pourquoi ? Exercice du droit de gîte (Simon de Cramaud à Reims), lieu de passage que constituent les terres du monastère (cf. P. Demouy), lieu où sont conservées les reliques des évêques fondateurs, où sont enterrés les premiers évêques. (À la mort de l’archevêque à Rouen les chanoines le rapportent aux moines : « vous nous l’avez baillé vivant ; nous vous le rendons mort »). Les chanoines quant à eux représentent l’Église locale à eux seuls (cf. Fasti Desportes pour les serments).

Le pouvoir de l’impétrant est soigneusement délimité par les serments exigés de sa personne, ce jour-là, par les moines et chanoines. Mais tous les présents sont autant de témoins du rite de possession de l’évêque. L’entrée est donc un rite performatif, où l’autorité de l’évêque est mise en place. Les chanoines peuvent être forcés à recevoir un évêque, tel Louis de Beaumont à Paris en 1472 – ils doivent alors patiemment supporter son entrée, puis son épiscopat. C’est un rite-mémoire, un mémorial à plusieurs strates. Il découle de l’adventus christianisé. De l’époque mérovingienne, il retient le rôle fondamental des moines. Des temps carolingiens, lorsque le chapitre gagne en indépendance, la place des chanoines et lorsque la féodalité s’est structurée, celle des vassaux. Mais de toutes les mentions de monuments de la Gaule antique, aucune ne se réfère à une entrée. On ne trouve pas une description complète du rituel avant les 13e et 14e siècles. Cette communication est donc aussi un appel pour le signalement de sources conservant la mémoire de ces entrées, notamment les actes devant notaires, gardant trace des serments.

Cette communication a suscité une discussion animée autour, notamment, d’H. Millet, F. Comte, V. Tabbagh, C. Barralis, D. Le Blévec, J. Madignier, P. Desportes, C. Vulliez, M. P. Subes et P. Montaubin.

 

II. Les participants français au concile de Constance, par Sophie Vallery-Radot

Le concile de Constance (1414-1418) occupe une place considérable dans l’histoire des assemblées de l’Église. Ses deux principaux objectifs : mettre un terme au Grand Schisme et mener la réforme de l’Église. Ce concile rassemblant des centaines de participants laïcs et ecclésiastiques permet le brassage, les échanges de tous ces participants. Pour faciliter son organisation et améliorer son efficacité, l’assemblée conciliaire est divisée en nations : italienne, allemande, anglaise, française et espagnole à partir de 1417. S. V.-R. s’intéresse à la nation française, un vocable comprenant les individus appartenant alors au royaume de France stricto sensu, et aux régions frontalières de Bourgogne, Lorraine, Provence, Savoie et Gascogne. L’histoire de la nation française, au sein même de l’assemblée conciliaire, est le reflet de la guerre civile qui sévit en France.

L’historiographie est considérable mais lacunaire et difficile d’accès. Il n’y a pas d’étude systématique sur les acteurs du concile hormis les principaux, Pierre d’Ailly et Jean Gerson. Il n’existe rien sur la nation française, ni sur les membres qui la composent. C’est en cela que réside l’intérêt de tenter de reconstituer la liste des participants au concile. Pour cela, nous disposons de listes contemporaines ou légèrement postérieures au concile, dispersées dans les différentes bibliothèques européennes. Dans la majorité de ces listes, le classement des participants au concile suit un ordre hiérarchique ce qui rend difficile l’identification des membres de cette nation, notamment dans le cas des procureurs, et en ce qui concerne les localisations.

S. V.-R. est finalement arrivée à identifier 285 individus quand une source (P. Glorieux, Le concile de Constance au jour le jour, Tournai, 1965) mentionne pour la seule nation française près de 400 participants dont 200 docteurs.

Cette recherche, tant sur la nation française à Constance que sur les individus qui la constituent, et sur leurs relations, attitudes et marges de manœuvre, intéresse au premier chef les membres des Fasti. C’est pourquoi, S.V.-R a préparé une liste des participants au concile pour l’équipe des Fasti en les classant par diocèse (liste envoyée sur demande).

En étudiant, à l’échelle de l’Église, l’implication d’individus que nous croisons dans les sources locales, S. V.-R. offre une problématique à la connaissance érudite. L’exercice de mise en relation de l’activité conciliaire avec les sources locales est forcément périlleux. Les membres des Fasti ont une belle occasion de prouver que la collaboration n’est pas un vain mot.

Signalez les sources et envoyez vos fiches biographiques à S. V.-R. par mail : s.vallery-radot@hotmail.fr

 

III. Les élections épiscopales devant la juridiction du concile de Bâle, par Émilie Rosenblieh

L’antagonisme entre les deux grandes traditions ecclésiologiques, conciliaire et pontificale, porté à son comble sous Eugène IV, touche, entre autres, aux désignations épiscopales. D’un coté, le concile se justifie par une tradition conciliaire ancienne, fort du 17e canon de Chalcédoine fondant sa juridiction, tandis que le pape défend la tradition de l’affirmation pontificale (causae maiores définies par Innocent III). En 1432, les Pères instaurent des tribunaux conciliaires, deux décrets de 1433 et 1436 tentent de réinstaurer la liberté de l’élection contre la volonté d’Eugène IV. L’attitude du roi de France Charles VII, protégeant le concile et négociant avec le pape, est pour le moins ambiguë.

Les sources. Aucun registre de procédure relatif aux causes épiscopales de France n’est conservé. E. R. a utilisé des sources conciliaires non judiciaires, tel le protocole de Pierre Brunet (nombreuses notations brèves et allusives sur les causes françaises), et les Gesta de Jean de Ségovie, qui couvrent le concile de Bâle jusqu’en 1442 (riches notices relatives à des procès). E. R. a également effectué des sondages dans les registres pontificaux et dans ceux du Parlement. Trouver des sources locales relatives à ce problème est plus ardu : celles de Paris n’offrent, par exemple, aucun intérêt pour Bâle.

Toutes les provisions pontificales concernant le royaume de France ne causent pas des conflits (cf Agen 1439). Mais dix-huit évêchés font recours devant le concile. Il est toujours difficile de reconstituer chacune des procédures et même de savoir si elles ont eu lieu. Cependant, sept sentences sont connues à propos d’Albi, Bayeux, Marseille, Saint-Pons, Sées, Sisteron, Tournai. En quoi la connaissance de telles causes nous disent l’attitude du roi de France vis-à-vis de la législation conciliaire ?

Eugène IV, défendant le système de la réserve générale, n’admet pas le principe des élections. Le concile de Bâle, en revanche, prétend protéger les élus. Dès août 1431, il reçoit un appel contre Jean de la Palu, nommé par le pape à l’évêché de Lausanne. L’assemblée conciliaire fonde sa position en créant deux décrets. Le premier, Sicut in construenda, s’inspire du Décret de Gratien et des Décrétales. Il s’inscrit dans la tradition de réforme contre la simonie. Le pape ne peut rien exiger en dehors du droit. Le second, du 22 mars 1436, est élaboré au cours d’une session sur la réforme in capite. Il décrète l’abolition de toute réserve générale ou spéciale. Le concile reconnaît cependant au pape le droit de déroger à ce décret sous certaines conditions. Le concile légifère sur l’élection et se réserve la connaissance des causes. Il suit deux procédures : dans le cas de la cause de l’évêché de Bayeux, les sentences sont rendues par la Rote conciliaire. Dans les autres cas, la décision revient à l’Assemblée elle-même. L’action conciliaire est généralement favorable aux élus, contrairement à la Rote romaine défendant le favori pontifical. Les élus appelants, reconnaissant l’autorité du concile de Bâle par leur simple appel, gagnent déjà un sacré avantage.

Les cas d’application de la juridiction contre l’intervention pontificale ne manquent pas. En mars 1439, sentence en faveur de R. Talon, élu de Sisteron, incorporé au concile dès 1433, et membre actif des ambassades. À Albi, encore, le concile donne droit à l’élu contre le favori pontifical. Jean de Ségovie associe cette sentence pro electo à un jugement en faveur de la réforme contre la désignation pontificale. Mais on compte également avec des sentences favorables aux provisions pontificales. Dans le cas de Sées : l’archevêque de Rouen, qui dit ignorer le décret conciliaire De electionibus, confirme Jean de Peyrusse pourvu par Eugène IV. D’après Jean de Ségovie le concile aurait donné raison, en 1438, à l’élu pontifical. Pour quelle raison le concile agit-il ainsi ? Il semble que là l’élément déterminant, soit l’intervention du roi. Ce qui semble certain, c’est que de nombreuses condamnations par contumace sanctionnent le simple fait d’ignorer le concile. Le seul fait d’être incorporé au concile pour suivre son procès est un avantage... même pour défendre un privilège pontifical. À Lausanne, Trêves, Utrecht, les sentences sont favorables aux candidats pontificaux.

Comment le concile justifie le mépris de ses propres décrets ? La question de l’application du décret De electionibus est au centre des négociations entre le concile et le pape : le pape devrait respecter le décret tandis que le concile pourrait s’en écarter pour des raisons particulières. Le concile tente d’imposer à l’Église sa souveraineté. Jean de Ségovie s’étonne du verdict favorable dans certaines affaires après la promulgation du décret De electionibus. Il emploie le terme de vexationes pour Sées et Trêves. Quel est son rapport à la juridiction conciliaire ? Il est un théologien, défend la juridiction conciliaire, qu’il assimile à la mission de paix assignée au concile par le pape.

Les décrets De electionibus sont reproduits dans le texte de la Pragmatique Sanction de 1438, in extenso pour le premier, sous une forme amendée pour le second : Sicut in construenda invitait les laïcs à ne pas faire ingérence dans les désignations, ni par des menaces, ni par les prières. Les prières sont désormais acceptées. On note, de la part du roi de France, de grandes réticences à l’égard de la juridiction conciliaire. Par l’ordonnance de Saint-Denis, en 1441, le roi rappelle que les décrets conciliaires ne peuvent être appliqués dans le royaume antérieurement à la promulgation de la Pragmatique Sanction. Et le projet de reconnaître les sentences du concile rendues avant 1438 n’aboutit sur aucune ordonnance. Ainsi, la Pragmatique Sanction est davantage conçue pour donner du poids aux Parlementaires sur les causes majeures, plutôt que pour reconnaître la juridiction conciliaire. En 1440, interdiction est faite d’invoquer toute sentence issue du concile. Le roi de France préfère traiter soit avec le Parlement soit avec le Pape. Il n’en a pas toujours été ainsi. Jean de Ségovie atteste l’existence des rapports entre le roi de France et le concile. Ainsi, le 18 mars 1435, deux lettres de Charles VII sont lues au concile, une en faveur d’un élu pontifical, l’autre en faveur d’un décret conciliaire où le roi de France tonne contre l’arbitraire pontifical.

Beaucoup de sentences du concile (Bayeux, Tournai, Saint-Pons) sont largement influencées par le roi de France. Mais il y a également des sentences contre l’avis du roi de France qui risquent de ne pas être exécutées. En effet, les sentences conciliaires n’ont d’impact que si elles sont soutenues par des forces sociales, royales notamment. À Albi, le sénéchal de Carcassonne met ses troupes au bénéfice du candidat du roi contre l’évêque élu soutenu par la cité d’Albi et le comte de Pardiac. Dans ces affaires, la personnalité du requérant et la puissance de son réseau de soutien, seraient deux facteurs décisifs. Quant au roi de France, il est très prudent vis-à-vis de la législation conciliaire, et tente de tirer parti du concile par l’exercice d’influences.

 

Une discussion animée a suivi avec J. N. Rondeau, P. Montaubin, V. Julerot et J. M. Matz sur des questions de droit et pour le signalement de sources locales.

 

IV. Informations et travail sur le cumul des bases de données : les notices des cardinaux

Quel que soit le support (CD ou mise en ligne) qui abritera la base de données résultant du cumul des informations publiées dans les 9 premiers volumes de la collection, sa réalisation sera la priorité pour l’année 2005, car les publications devraient connaître une certaine pause jusqu’en 2006. Il est encore trop tôt pour dire qui d’Auch, Autun, Avignon, Châlons-en-Champagne, Chartres, Clermont, Mâcon, Meaux, Poitiers, Riez, Sens, Strasbourg etc. sera prêt le premier : le concours est ouvert!

Le travail d’analyse et de programmation a déjà commencé avec l’aide de Stéphane Raux. On s’oriente vers une base de données relationnelle qui fournira les informations données dans chaque volume, après qu’elles aient été corrigées et mises à jour par chacun des auteurs. Pour les individus présents dans plusieurs diocèses, le lecteur pourra consulter non pas une notice synthétique mais chacune des notices éditées dans les volumes. Lorsque ces notices présenteront des problèmes de cohésion, voire des données contradictoires, il sera possible de donner des explications dans un fichier spécifique dénommé « arbitrage ». Ce cas de figure n’est pas purement hypothétique : les cardinaux, premiers concernés par le cumul des bénéfices, ont fourni l’occasion de faire des travaux pratiques.

Au commencement du programme, nous avions considéré que les cardinaux étaient des personnages bien connus, à propos desquels nous n’aurions que des informations complémentaires à donner. En fait, ce sont des personnages qu’on croit connaître et sur lesquels circulent des informations erronées. Comme leurs carrières dépassent très largement le cadre de nos enquêtes diocésaines, nous aurons recours autant qu’il sera possible à l’aide de nos collègues qui mènent, ou ont mené, sur eux des recherches spécifiques. Ainsi, pour les cardinaux de l’époque du Grand Schisme, Anne-Lise Rey-Courtel a accepté d’élaborer à notre intention des notices que nous pourrons réutiliser.

Voici quelques réflexions et consignes résultant de ce test sur les cardinaux.

  • Dans le volume sur Angers, 8,5% des individus renvoient à des individus déjà connus dans les autres volumes.
  • Dans le volume sur Mende, le chiffre est un peu inférieur puisqu’il est à 7 %.
    • Jacques Pycke, Sons, couleurs, odeurs, dans la cathédrale de Tournay au XVe siècle, coll. « Tournai Art et Histoire », 2004, 286 p. Il s’agit de l’édition et du commentaire de l’Ordinaire de la cathédrale.
    • Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, 2004 (Cahiers de Fanjeaux n° 39).
    • Distribution des bons de souscription pour la thèse de Matthieu Desachy.
    • Chacun des auteurs a l’obligation de connaître et tenir compte des notices qui ont été publiées avant la sienne. S’il n’a pas rencontré lui-même les données fournies par un prédécesseur, il pourra lui faire crédit et les reprendre à son compte.
    • Contrairement à l’utilisateur de la base de données cumulées, le lecteur d’un livre ne dispose pas forcément de tous les livres de la collection. C’est pourquoi il n’est pas inutile de répéter les informations d’une notice à une autre.
    • Il est posé comme un principe qu’on donne des informations de plus en plus sûres. Si on donne une information qui est en contradiction avec celle d’une notice antérieure, ce doit être de propos délibéré, pour corriger ce que l’on considère être une erreur ou une approximation (cas des dates).
    • En vertu du principe énoncé au point précédent, une information qu’on aura omis de répéter sera considérée comme sujette à caution. Mais on ne manquera pas d’objecter qu’il ne sera pas toujours possible de reprendre toutes les informations, faute d’espace suffisant dans les champs. Dans le champ « cumul », une solution sera alors d’ajouter aux données incomplètes la mention « etc. ». Ou, de façon générale, on pourra mentionner dans le champ « biblio » : « Voir la (ou les) notice(s) Fasti antérieure(s) ». Saisir cette mention de façon à ce qu’elle soit éditée juste après les numéros correspondants du champ « Fasti ».
    • Lorsque la correction qu’on estime devoir apporter porte sur des informations pour lesquelles l’auteur précédent est a priori considéré comme plus fiable (car elles portent sur « son » diocèse), il est hautement conseillé de s’en entretenir avec lui.
    • L’auteur qui estimera avoir commis une erreur la corrigera. S’il le juge nécessaire, il pourra s’en expliquer dans le fichier « arbitrage ». Il rendra service aux autres auteurs en les avertissant de son erreur.
    • Ne pas hésiter à se concerter entre auteurs : reconnaître une erreur est un acte qui mérite la plus grande estime.

Pour commander le volume.

Contenu du volume :

  • 578 pages.
  • 1128 notices prosopographiques.
  • 24 biographies d'évêques.

Ce volume comprend en outre une carte du diocèse, ainsi qu'une note sur le quartier de la cathédrale, une étude sur la disposition, le mobilier et le décor du choeur et une présentation des pièces et des inventaires du trésor de la cathédrale, l'un des plus riches de France.

  • Note liminaire, par Hélène Millet, directeur du programme.
  • Extraits du volume : "le palais archiépiscopal de Sens" (jusqu'au XVIème siècle) (pages 48-51) et la notice de Jean de Montigny, pages 352-353.
 

Diocèse de Sens : note liminaire, par Hélène Millet

Qui lira cette note en ayant gardé en mémoire ce que j'annonçais le 20 décembre 2007, peu avant la publication du dixième volume de la collection, portera un jugement très défavorable sur mes facultés prévisionnelles. Après avoir présenté le logiciel FASTI à partir duquel sont désormais constituées les bases de données diocésaines, j'annonçais en effet pour le courant de 2008 la mise en ligne, par les soins de notre éditeur, du contenu de la « superbase » FEG, générée par le cumul des informations contenues dans les bases diocésaines. Or chacun sait que cette étape n'a pas encore été franchie. Il y a à cela beaucoup de raisons.

Je dois tout d'abord confesser avoir minimisé l'ampleur du travail à effectuer pour passer de bases multiples à une base unique. Certes, ce passage ne s'accompagne d'aucune saisie d'informations nouvelles: je viens de l'écrire, la base FEG est « générée » par les bases diocésaines. Mais, tandis que la création d'un « individu FASTI » simple, c'est-à-dire d'un individu répertorié dans un seul diocèse, est une opération entièrement automatisée, celle d'un « individu FASTI » multiple, c'est-à-dire d'un individu présent dans plusieurs bases diocésaines, nécessite l'intervention de chacun des auteurs desdites bases, durant un processus de comparaison qui, même assisté par des procédures automatiques, reste complexe. Il convient tout d'abord d'écarter de cette comparaison les homonymes, repérés par un filtrage effectué sur toutes les formes du nom à quelques lettres près. Lorsqu'on a acquis la certitude que deux notices diocésaines portent sur un seul et même « individu FASTI », il faut alors s'assurer, par une confrontation des données menée champ par champ, que celles-ci ne donnent pas des informations incohérentes voire contradictoires. Si oui, le retour aux sources s'impose et les incertitudes reviennent au galop, avec cette difficulté à trancher que connaît quiconque a tâté du labeur prosopographique.

Pour les gros bénéficiers titulaires de multiples notices, la procédure doit être répétée et, idéalement, pour chaque cas délicat, c'est une mini-conférence qu'il faudrait organiser. Or certains auteurs ont déjà pris leurs distances par rapport à leur travail et au livre qui en a résulté. Il revient donc au responsable du programme de se substituer à eux, sans pour autant disposer de leur savoir. C'est là une autre cause de retard, non négligeable.

S'ajoutent à cela les charges imprévues qui viennent bousculer un agenda déjà encombré. Répondre à un appel d'offres européen est une opportunité à saisir quand elle se présente. En m'engageant dans l'élaboration d'un projet où les Fasti Ecclesiae Gallicanane étaient au cœur d'un réseau scientifique international et d'un vaste dispositif destiné à faire connaître les richesses culturelles dont nous avons hérité des clercs médiévaux, j'ai choisi de relever un défi où il y avait beaucoup à gagner. En cas d'échec, c'était assurément beaucoup de travail et d'énergie perdus, sans qu'il faille autant considérer comme gâché le temps passé à nouer des relations. Nous avons su à l'automne dernier que le projet « Legacy» avait été classé 4e sur 25 et qu'il était le premier à être refusé: de quoi nourrir beaucoup de regrets!

Enfin, par suite d'un enchainement de circonstances totalement fortuites, le réalisateur du logiciel FASTI, Stéphane Raux, s'est trouvé en situation d'effectuer une refonte des codes sources, de façon à rendre le système plus fiable et pérenne. Il s'agissait là d'une amélioration tout à fait appréciable, mais aussi, à court terme, d'une autre cause de « distractions » pour sa responsable, appelée à tester les nouvelles formules. Il reste encore à mettre au point quelques modules de cette seconde version du logiciel pour qu'elle prenne la relève de la première.

Que le lecteur m'absolve ou pas après tous ces aveux, le fait est là. Beaucoup de minutieuses vérifications devront encore être effectuées avant que le contenu de la base FEG soit livré à Brepols Publishers pour être mis en ligne. On le comprendra aisément: je ne m'aventurerai plus à indiquer un délai. Mieux vaut une agréable surprise qu'une nouvelle déconvenue!

Durant tout ce temps, les collaborateurs n'ont pas chômé: il existe aujourd'hui 12 832 notices diocésaines sur notre site de travail. Tandis que certains diocèses prospèrent et parviennent à maturité, d'autres sont mis en chantier: Cambrai, par Monique Maillard-Luypaert, Mâcon par Denyse Riche, Strasbourg par Benoit Jordan et Tours par Arnaud Lefebvre. Chartres mérite une mention spéciale. Pierre Desportes qui a pris en charge la période 1350-1500 de ce « gros » diocèse a terminé son travail après avoir enregistré sa 1049e notice. Il faut espérer que Pascal Montaubin, responsable de la tranche 1200-1350, ne tardera pas à trouver le temps nécessaire pour terminer la base de données chartraine.

À chacune de nos réunions, estivale et hivernale, les paris sont désormais ouverts sur l'identité du vainqueur dans la course prosopographique. La lutte qui a opposé Jacques Madignier à Vincent Tabbagh pour être le premier à terminer «son » diocèse nous a longtemps tenus en haleine. On en connait aujourd'hui l'issue. La hiérarchie est respectée: après le présent volume, sur ,Sens, achevé par le professeur, celui du disciple, sur Autun, portera le numéro douze dans la collection.

Il est fort heureux que Vincent Tabbagh soit libéré des soucis de la préparation d'un volume car les Fasti Ecclesiae Gallicanae vont requérir prochainement tous ses soins. Avec cinq autres collègues, il sera en effet appelé à former le petit groupe qui assumera collégialement les fonctions de direction du programme après mon départ à la retraite, à la fin de cette année civile. En même temps prendra fin le Groupement de recherche dans le cadre duquel le programme était financé par le CNRS. Après huit années d'existence, SALVE (GDR 2513) sera lui aussi atteint par la limite d'âge.

Qu'il soit un ou divisé en plusieurs Instituts, le CNRS excelle dans l'art de susciter les nouveautés, mais il se désintéresse du devenir des entreprises qui ont besoin de travailler dans la durée. En outre, contrairement aux professeurs dont la chaire est généralement mise au concours, lorsqu'ils partent, les directeurs de recherche ne sont pas remplacés. Je suis donc dans l'impossibilité de passer le témoin à un successeur qui se serait préparé à assumer les mêmes tâches, nombreuses et fort prenantes, dans un environnement institutionnel similaire. Toutefois, au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP-UMR 8589) auquel j'appartiens, Dominique Iogna-Prat qui me remplacera comme responsable de l'axe «L'Église, corps social» a accepté de prendre les Fasti sous son aile tutélaire. A l'avenir, il y aura donc inadéquation entre l'institution dont dépendra le programme et la structure scientifique qui en assurera la direction.

Pas totalement cependant, car, dans le comité de direction, le LAMOP comptera quatre des siens, dont un membre titulaire (Fabrice Delivré) et trois associés (Christine Barralis, Pascal Montaubin et Thierry Pécout). A ce petit groupe se joindra également Jean-Michel Matz. La relève est donc assurée par un collège d'universitaires - deux professeurs et quatre maitres de conférence -qui proviennent de six Universités différentes (Aix-Marseille, Amiens, Angers, Dijon, Metz, Paris 1) et qui sont rattachés aux unités de recherche implantées dans leur établissement. Cette dispersion reflète bien ce que sont les Fasti. Elle est nécessaire pour faire entendre la pluralité des intérêts, mais elle s'accompagne d'un véritable esprit d'équipe, acquis au cours des années au sein du groupe des collaborateurs du programme, à qui il donne sa cohésion.

Vincent Tabbagh partagera avec Jean-Michel Matz la responsabilité de la publication de la collection. Au second reviendra de veiller au rassemblement et à la mise en forme des chapitres qui sont réunis au début de chaque livre. La partie prosopographique, issue de la base de données, relèvera quant à elle de Vincent Tabbagh car c'est sous sa surveillance que seront effectués les travaux de saisie des données dans les bases diocésaines et les opérations d'identification constitutives de la superbase FEG.

Je sais infiniment gré à chacun de ces collègues d'avoir accepté d'assumer une partie des tâches nécessaires à la poursuite du développement des Fasti. Grâce à eux, l'investissement consenti par chacun des collaborateurs continuera à être rétribué par la juste satisfaction de voir progresser la base de données et la collection. Je suis également reconnaissante aux Éditions Brepols, et à Christophe Lebbe leur représentant, d'accorder leur confiance au collège ainsi constitué. Je pourrai donc, après avoir réglé les détails de ma succession en tant que responsable, rejoindre en toute quiétude au sein du groupe l'actif club des retraités qui contribue tant au développement du programme. Puisse le logo qui caractérise désormais les Fasti être apposé sur de nombreuses productions!

Orléans, le 3 novembre 2009, Hélène Millet, Directeur du programme.

 

Extraits du volume concernant le diocèse de Sens

Le palais archiépiscopal de Sens (pages 48-51)

A l'opposé du Cloitre, la cathédrale est bordée au Sud par un vaste ensemble de bâtiments qui formèrent jusqu'en 1905 le palais des archevêques et qui abritent maintenant le musée de Sens, en cours d'aménagement. Le palais est actuellement composé de quatre corps de bâtiments d'époques différentes, disposés sur les trois côtés d'une grande cour bordée, au Nord, par la cathédrale. Le côté ouest de la cour est fermé par un grand bâtiment médiéval, de plan rectangulaire, désigné sous le nom de Palais synodal. Le grand côté Sud accueille successivement une construction du XVIIIème siècle, couronnée d'un fronton triangulaire, qui abritait les écuries, puis un pavillon en brique et pierre, flanqué d'une tourelle d'escalier, dans le style du XVIème siècle, percé au rez-de-chaussée d'un passage menant à la rue qui longe le palais au Sud. Vient ensuite un long bâtiment en brique et pierre, en fenêtres à meneaux et portail ouvragé, connu sous le nom d'aile Louis XII. Le quatrième côté, à l'Est, est barré d'un grand corps de logis (aile Henri II) formé au rez-de-chaussée d'une galerie avec arcades cintrées, maintenant obstruées, et à l'étage d'une muraille percée d'ouvertures à meneaux récemment restitués. A l'arrière de ce bâtiment, les jardins de l'archevêché ont récemment été reconstitués. Ils sont bordés, au Nord, par la grande chapelle des archevêques et le pavillon de l'Orangerie, édifiés au XVIIIème siècle.

Selon les sources médiévales, comme la Vie de saint Loup écrite au début du VIIIème siècle et la Chronique de Saint-Pierre-le-Vif, l'archevêque résida avec les chanoines dans le cloitre, au Nord de la cathédrale, jusqu'au grand incendie de 967 qui détruisit le quartier canonial et le groupe épiscopal. L'archevêque Archambault trouva alors refuge à l'abbaye Saint-Pierre-le-Vif, puis Sevin (978-999) fit bâtir une nouvelle résidence, séparée du cloitre, au Sud de la cathédrale. En réalité, l'incendie de 967 ne fit que précipiter une séparation entre le prélat et les chanoines qui se réalisa ailleurs sans être la conséquence d'un tel drame.

1. Le palais des XIIème et XIIIème siècles

Aucune information ne nous est parvenue sur la résidence épiscopale antérieurement à la seconde moitié du XIIème siècle. Les fouilles archéologiques n'ont rien révélé des bâtiments de cette époque et ils n'entrent dans l'histoire qu'avec la mention du lieu dans quelques chartes de la seconde moitié du XIIème siècle données par les archevêques in palatio nostro.

Le palais n'apparaît vraiment qu'après les travaux de reconstruction de la cathédrale gothique. Le gros œuvre de l'église étant achevé, l'archevêque Gauthier Cornut (2) (1222-1241) entreprit de rebâtir à neuf le logis épiscopal. L'importance du projet nous est inconnue, mais il en subsiste un élément majeur dans le bâtiment désigné sous le nom de Palais synodal.

Situé dans le prolongement de la façade occidentale de la cathédrale, ce vaste bâtiment fut édifié vers 1230-1240, puis restauré à la fin du XIIIème siècle après l'effondrement de la tour sud de Saint-Étienne en 1268 qui l'avait endommagé. Élevé sur trois niveaux, le bâtiment se compose d'un vaste cellier, en sous-sol, d'une série de cachots et d'une salle d'audience au rez-de-chaussée, et d'une grande salle qui occupe la totalité de l'étage. Il abritait l'officialité épiscopale et ses prisons au XIVème siècle, mais sa destination initiale n'est pas connue. S'il ne fait aucun doute que la vaste salle supérieure, restaurée dans ses dispositions d'origine par Viollet-le-Duc, était un lieu d'assemblée, on ignore l'usage des salles inférieures au XIIIème siècle.

Le palais de Gauthier Cornut occupait probablement l'espace compris actuellement entre la place de la cathédrale et l'allée menant de l'ancienne Grande rue au portail de Moïse de la cathédrale, soit l'emplacement de l'ancienne première cour de l'archevêché, connue autrefois sous le nom de cour de l'archidiacre. Les bâtiments épiscopaux étaient disposés en carré: à l'Ouest, le Palais synodal; à l'Est, un corps de logis ou un mur fermant la cour; et au Sud un bâtiment parallèle à la rue et comportant peut-être à son extrémité est une tour ou tour-porche de plan carré.

À l'Est du palais, s'étendait probablement une seconde cour limitée au Nord-Est par une chapelle dédiée à Saint-Laurent, qui aurait été fondée à la fin du XIème siècle.

Dans la seconde moitié du XIIème siècle, le palais disposait d'un verger (AD Aube, G 20). On peut supposer qu'il occupait déjà l'emplacement des jardins actuels du musée. Au milieu du XIVème siècle, une mention du virgultum archiepiscopi atteste que le jardin s'étendait alors jusqu'à la rue Pied-Fort (in pede forti), devenue plus tard l'actuelle rue Montpezat.

2. Le palais du XIVème siècle

La résidence des archevêques, endommagée lors de la catastrophe de 1268, fut remaniée à la fin du XIIIème et au cours du XIVème siècle. Le Palais fut restauré et un corps de logis parallèle, à l'Est, fut reconstruit - ou construit - au moment où l'on rebâtissait la chapelle Notre-Dame de la cathédrale et où l'on jetait les fondements du bras sud du transept. Ce bâtiment s'élevait sur deux niveaux, comportant une «salle basse» plafonnée et une salle supérieure. Les fouilles archéologiques qui ont été pratiquées dans la cour de l'ancien palais avant la construction de la salle souterraine du musée ont montré qu'il a été détruit à la fin du Moyen Age et que certains ses murs furent conservés pour asseoir les fondations de l'aile Louis XII élevée au début du XVIème siècle. L'époque de sa destruction n'a pu être précisée par l'archéologie, mais on peut la situer dans les premières décennies du XVIème siècle, car il était toujours en fonction en 1495 et avait fait l'objet de travaux cette année-là.

La reconstruction du palais au XIVème siècle, ainsi que d'importants travaux à la cathédrale, fut probablement réalisée sous l'épiscopat de Guillaume II de Melun (15) (1345-1376), principal conseiller du roi Charles V. Cet archevêque, fit également restaurer, sinon même reconstruire, la chapelle Saint-Laurent située à l'Est du palais, dans laquelle il établit un collège de chanoines en 1367.

C'est certainement à la suite de ces travaux du XIVème siècle que le palais fut séparé en deux secteurs distincts. A l'Est du futur portail de Moïse de la cathédrale, qui avait reçu ses premières assises, s'étendait l'hôtel proprement dit, destiné au logement de l'archevêque. La partie ouest, qui fut désignée plus tard sous le nom de cour de l'archidiacre était réservée aux services de l'archevêché, en particulier à l'officialité.

Pour pénétrer dans la cathédrale, l'archevêque disposait dans la seconde cour d'une petite porte percée dans la muraille de la chapelle Sainte-Appoline, à l'arrière de la chapelle Notre-Dame. Le chapitre, qui contestait l'usage de cette porte par l'archevêque, la fit fermer. La querelle fut portée devant le roi et Charles V, en 1378, confirma le droit du prélat d'accéder à la cathédrale de son palais par une porte particulière (G 176 et 661).

Un document comptable qui rapporte d'importants travaux d'entretien aux couvertures des édifices de l'archevêché réalisés en 1393, sous l'archevêque Guillaume de Dormans (19), indique les différents corps de bâtiments qui composaient la résidence épiscopale à cette époque: «les maisons et l'ostel archiépiscopal», le «palais» et les «estables» (G 496). On retrouve là constructions évoquées précédemment. Le palais désigne l'actuel palais synodal, qui donnait sur le parvis de la cathédrale et contre lequel étaient installés les étaux des marchands de la Poissonnerie. Les étables ou écuries se trouvaient à l'arrière du palais, à l'emplacement de l'aile actuelle des Ecuries. Les maisons de l'archevêque désignent les bâtiments de la seconde cour, à l'Est.

Un siècle plus tard, l'archevêché présentait toujours la même configuration, comme l'indiquent les informations données par les comptes qui rapportaient les dépenses pour d'importants travaux entrepris entre 1491 et 1497. C'est dans ces bâtiments que logea le roi Charles VIII lors de sa visite à Sens, le dimanche 20 mars 1496 (n. s.). Les logis avaient été mis en ordre pour accueillir le souverain et deux manouvriers passèrent plusieurs journées «en lostel de Mgr à agencer les sales, les chambres, la court et autres choses qui conviendroit pour la venue du roy» (G 541). Le receveur de l'archevêché avait fait des achats de paille et foin pour les chevaux. On fit aussi «curer» la grande cour du palais, d'où furent retirés vingt-huit charretées, «tant fiens qu'immondices» qui furent menés au Clos Saint-Rémy. Un manouvrier fut engagé pour nettoyer la loge dressée dans la première cour, où travaillaient les maçons qui construisaient alors le nouveau portail de Moïse et la croisée de la cathédrale.

La notice du chanoine Jean de Montigny (pages 352-353)

729 Johannes de MONTIGNY

chanoine, 1440-1451, succède à Johannes Fromonti (474) doyen, élection 1440-1451, résignation.

a. †1471 5 octobre; inhumé à Notre-Dame de Paris

b. Prêtre

c. Bourgeois; Sens

d. Fils de Etienne, bourgeois de Sens; beau-frère de Pierre Grassin, lieutenant général à Sens

e. Paris, chanoine 1460-1471 /Rouen, Caudebec-en-Caux, curé 1450-1471

f. Docteur droit canon 1440; officiaI de Paris 1440, régent à Paris, conseiller au parlement 1454.

g. Auteur d'une consultation pour la réhabilitation de Jeanne d'Arc; obit le 4 août à la cathédrale de Sens

Gallia christiana, t. XII, col. 112, Epitaphier du Vieux Paris, t. X; n° 4523; Obituaires prov. de Sens, t. I, p. 10, Fournier (M), La faculté de Décret, t. 1; p. 279, 354, t. II, p. 33, 51, 53, 60, 72, 132, 179, Renaudet (A.), Préréforme et humanisme, p. 187 ; Duparc (P.), Procès en nullité de Jeanne d'Arc, t. IV, p. 56 ; Maugis (E.), Histoire du parlement, t. III, p. 93, 101,352 ; Massoni (A.), La collégiale Saint-Germain I'Auxerrois, p. 485 ; CUP IV p. 492, 615 , 672,691 ; BnF Latin 9900 fol. 66v ; G 33 n° 48, G 105 n° 60, G 122 fol. 53v., G 125 p. 29, G 700 (4e), G 769, 972, 973, 1134 fol. 11V G 1210. Fichier Chartraire ; BM Sens 45 p. 343

 

Extraits du volume concernant le diocèse de Sens

La notice du chanoine Jean de Montigny (pages 352-353)

729 Johannes de MONTIGNY

chanoine, 1440-1451, succède à Johannes Fromonti (474) doyen, élection 1440-1451, résignation.

a. †1471 5 octobre; inhumé à Notre-Dame de Paris

b. Prêtre

c. Bourgeois; Sens

d. Fils de Etienne, bourgeois de Sens; beau-frère de Pierre Grassin, lieutenant général à Sens

e. Paris, chanoine 1460-1471 /Rouen, Caudebec-en-Caux, curé 1450-1471

f. Docteur droit canon 1440; officiaI de Paris 1440, régent à Paris, conseiller au parlement 1454.

g. Auteur d'une consultation pour la réhabilitation de Jeanne d'Arc; obit le 4 août à la cathédrale de Sens

Gallia christiana, t. XII, col. 112, Epitaphier du Vieux Paris, t. X; n° 4523; Obituaires prov. de Sens, t. I, p. 10, Fournier (M), La faculté de Décret, t. 1; p. 279, 354, t. II, p. 33, 51, 53, 60, 72, 132, 179, Renaudet (A.), Préréforme et humanisme, p. 187 ; Duparc (P.), Procès en nullité de Jeanne d'Arc, t. IV, p. 56 ; Maugis (E.), Histoire du parlement, t. III, p. 93, 101,352 ; Massoni (A.), La collégiale Saint-Germain I'Auxerrois, p. 485 ; CUP IV p. 492, 615 , 672,691 ; BnF Latin 9900 fol. 66v ; G 33 n° 48, G 105 n° 60, G 122 fol. 53v., G 125 p. 29, G 700 (4e), G 769, 972, 973, 1134 fol. 11V G 1210. Fichier Chartraire ; BM Sens 45 p. 343

diocèse Sens