Fasti Ecclesiae Gallicanae. volume 13. Diocèse de Bordeaux

Couverture : Fasti Ecclesiae Gallicanae. Le diocèse de Bordeaux
Prix

55 €

Auteur
Mots-clés
Dim.
160 x 240 mm
Année de publication
2012
Volume
13
Nombre de pages
533
Éditeur
Brepols Publishers
Ville
Turnhout
Numéro ISBN
978-2-503-5 570-7

Contenu du volume :

  • 523 pages.
  • 718 notices prosopographiques.
  • 25 biographies d'évêques.

Ce volume comprend en outre une carte du diocèse, ainsi qu'une notice sur le quartier de la cathédrale, par Sandrine Lavaud.

  • Note liminaire, par Jean-Michel Matz et Vincent Tabbagh, directeur et ancien directeur du programme.
  • Extraits du volume : Saint-André, quartier cathédral de Bordeaux au moyen âge (par Sandrine Lavaud, extrait, pages 53-54) et notice biographique de l'archevêque Pey Berland (extrait, page 203).
 

Diocèse de Bordeaux : note liminaire, par Vincent Tabbagh et Jean-Michel Matz

Avec son treizième volume, la collection retrouve, après plusieurs diocèses de la France du Nord, une cité méridionale et une métropole qui vient prendre la suite de Rouen, Reims et Sens, en attendant bientôt Narbonne. La moisson est riche: 718 notices s'ajoutent aux 9202 déjà publiées, avec beaucoup de figures nouvelles, puisque seulement 32 Bordelais apparaissaient déjà dans un volume antérieur. Cette nouveauté touche particulièrement les archevêques dont aucun n'avait eu droit encore à une notice développée dans un précédent volume. Outre son relatif éloingnement géographique, qui explique en partie cette fraicheur, Bordeaux présente deux caractéristiques fortes par rapport aux diocèses recemment étudiés. D'abord, le poids d'une famille particulièrement influente et ramifiée, celle des Got, dominée par la figure de l'archevêque devenu pape sous le nom de Clément V, a permis la promotion institutionnelle de ce siège, face à Bourges notamment, d'autant plus que les redécoupages diocésains opérés par Jean XXII ont affaibli, en le morcelant, son jusque là puissant rival du nord, Poitiers. Cette situation explique le sort particulier qui a été réservé à la question de la primatie dans les notices des archevêques. Surtout, la seconde caractéristique de ce diocèse est son appartenance jusqu'au milieu du XVe siècle-soit pendant les cinq sixième de la période traitée-à un espace politique dominé par le roi d'Angleterre; elle implique des rapports particuliers entre le prince et l'élite ecclésiastique locale, l'héritage plantagenêt s'exerçant dans un espace restreint et fortement polarisé par la métropole, offrant des caractéristiques différentes de l'héritage capétien. Avignon et Londres ont marqué de leur influence la vie du diocèse de Bordeaux davantage que les diocèses étudiés jusqu'ici dans les Fasti, Agen excepté. Voilà un élément d'intérêt manifeste.

Dans sa conception d'ensemble, le volume se situe dans une grande continuité par rapport aux précédents et le lecteur désormais familiarisé retrouvera les notices, tables et indices habituels. Il présente cependant trois nouveautés. Pour répondre aux critiques toujours bienvenues des recenseurs, les références ont été-dans la mesure du possible bien sur-développées et présentées avec davantage d'ampleur. Afin de rendre plus aisées de futures recherches sur les reseaux familiaux, l'auteur à multiplié les indications concernant les parents des chanoines. Enfin, une table chronologique des chanoines, confectionnée par Hugues Labarthe, figure à la fin du volume puisqu'il n'y avait pas de raison que ceux-ci soient moins bien traités, et donc moins disponibles à la connaissance érudite que les archevêques ou les dignitaires du chapitre.

En revanche, Bordeaux ne bénéficiant pas d'une documentation particulièrement dense, les sources n'ont pas permis de nourrir dans la première partie ces chapitres particuliers sur les livres, les trésors, les dispositifs et décors de l'église cathédrale qui ont pu enrichir d'autres volumes de la collection. Mais une attention particulière a été posée, dans la notice institutionnelle, à la construction spaciale du diocèse, dans la ligne d'une historiographie en plein renouvellement sur ces questions de territoires et d'espaces. La même préocupation pour la construction et l'organisation du quartier canonial dans le processus de la fabrique urbaine se retrouve dans la notice rédigée par Sandrine Lavaud, collègue de Françoise Lainé à l'université Michel-de-Montaigne Bordeaux 3. L'essentiel du volume est toutefois à mettre à l'actif de Françoise Lainé, membre de l'équipe des Fasti depuis de très longues années. La progression de son travail minutieux a été ralenti par le poids croissant des obligations diverses qui pèsent toujours plus lourdement sur les universitaires et entravent la recherche scientifique. Il faut donc saluer sa persévérance, d'autant qu'elle a malgré tout trouvé le temps de donner une ampleur inhabituelle aux notices des archevêques-celles de la période du Grand Schisme étant toutefois dues à Hugues Labarthe.

Les notes liminaires des volumes précédents ont en général permis à Hélène Millet de présenter les évolutions du groupe, de préciser les modalités de fabrication des volumes et d'annoncer les diocèses en voie de progression ou d'achévement. En ce qui concerne les premières, l'équipe des Fasti est désormais le pivot du Groupe de Recherche Européen (GDRE) " Aux fondements de la modernité étatique: l'héritage des clercs médiévaux ". Pour ce qui est de la fabrication de ce volume, elle s'inscrit dans la continuité du volume d'Autun: la mise en page des chapitres préliminaires a été réalisée par Giliane Thibault du CERHIO-Angers (UMR 6258) et les auteurs de la présente notice liminaire ont supervisé, pour l'un ces chapitres préliminaires et pour l'autre l'ensemble des données prosopographiques. Pour ce qui regarde la vie de l'équipe des Fasti, et plus particulièrement les prochains volumes à paraître, nous avons préféré ne pas faire de paris sur l'avenir. Ils ont parfois été démentis et des diocèses annoncés comme imminents attendent toujours leur achévement. Dans le même temps, des diocèses parvienent à maturité et d'autres sont mis en chantier, notamment par de jeunes chercheurs. L'avenir est donc assuré.

 

Angers-Rouen, le 20 juin 2012

 

Jean-Michel Matz et Vincent Tabbagh, directeur et ancien directeur du programme.

 

Extrait du volume concernant le diocèse de Bordeaux

Saint-André, quartier cathédral de Bordeaux au moyen âge (extrait, par Sandrine Lavaud)

La Sauvetat Sent Andreu

(...)Quelles qu'en soient ses origines, la juridiction capitulaire se traduit par un pouvoir de direction générale de la sauveté et par un pouvoir de contrôle et de police sur toutes les activités. Là encore, les textes du moyen âge renseignent mal sur l'exercice de cette juridiction. Les prérogatives immunistes sont d'abord judiciaires, le chapitre exerçant la pleine justice sur les clercs et les laïcs. C'est également une zone franche pour le commerce des denrées qui échappent à la fiscalité municipale ou royale. Les habitants sont aussi soustraits aux devoirs militaires et ne participent pas à la défense de la ville. Mais on ne sait, en revanche, si le chapitre réclamait des droits seigneuriaux spécifiques aux habitants à l'égal de ceux qu'exigeait son homologue de Saint-Seurin qui prélevait une poule à Noël, des droits sur la vente de vin au détail et exigeait caution. Les nombreuses mentions de "gélines" associées au cens versé par les maisons de la sauveté Saint-André pourraient suggérer un prélèvement identique. Ce sont principalement les textes de l'époque moderne qui informent sur les modes d'administration du chapitre; celui-ci délibère alors in communi sur les mesures à prendre et en délègue ensuite l'application à des officiers laîcs. Le premier d'entre eux est le juge de la sauveté, nommé pour un an et renouvelé parfois à vie. Il est assisté d'auxiliaires: prévôt, greffiers et sergents. Ensemble, ils doivent rendre la justice et assurer la police dans la sauveté. Ils ne disposent pas d'un bâtiment spécifique et officient dans la cloître du chapitre. La manifestation la plus voyante et la plus classique de la juridiction capitulaire reste le pilori et le carcan installés sur la place saint-André.

Ce pouvoir de ban est doublé d'une assise foncière. Le chapitre se veut, en effet, l'unique seigneur foncier de la sauveté et il est vrai qu'il n'a guère de concurrents, le principal étant l'archevêque qui détient notamment des possessions (15 tenures) dans la rue Saint-André (des Trois-Conils), ainsi qu'aux limites de la sauveté: rue de Saugars (rue de Cheverus) non loin du puits Saint-Gemme et près de l'enceinte (subtus muro). Les droits fonciers du chapitre peuvent être scindés en deux entités: d'une part un noyau, issu de la mense canoniale, sous la directe du chapitre et composé des maisons canoniales et des bâtiments communs; d'autre part, des tenures accensées: le recensement effectué en a comptabilisé 132 mouvantes de Saint-André-auxquelles il faudrait ajouter les 25 relevant de l'archevêque soit un total de 157 tenures-situées dans la sauveté ou à sa périphérie immédiate. Ce nombre n'a qu'une valeur d'échantillon dû au hasard des sources disponibles, mais il conforte la vision d'une assise foncière du chapitre importante au regard de la faible superficie concernée; il dit aussi que les chanoines ont eu recours au faire-valoir indirect pour une large part de leurs possessions au sein même de la sauveté. C'est là un mode de gestion du temporel commun aux autres seigneurs ecclésiastiques de Bordeaux qui n'ont conservé que des réserves très réduites. Les chanoines de Saint-André n'y dérogent pas, même pour ce qui constitue le coeur même de leur seigneurie. Ces droits fonciers sont étroitement mêlés aux droits banaux et procèdent du même dominium exercé par le chapitre cathédral sur et à partir de la sauveté. Il a fait de celle-ci un territoire réservé où il entend être le seul maître, même au détriment de son supérieur, l'archevêque de Bordeaux.

La délimitation de la sauveté Saint-André a été conflictuelle dès la période médiévale, mais les querelles se sont accrues à l'époque moderne, suscitant une intervention royale dans les années 1760-1761, aboutissant à un bornage officiel le 1er avril 1761 (fig.9).

 

Notice biographique de l'archevêque Pey Berland, (extrait)

Pey Berland (12 août 1430-24 septembre 1456), (n°239)

1-En recoupant une bulle de Jean XXIII en 1412, des éléments de son testament de 1456-1457 et des bribes qui subsistent de l'enquête canonique de 1464, on peut avoir une idée des origines et de la jeunesse de Petrus Berlandi. Déjà prêtre vers 1406 et secrétaire du cardinal Uguccione (576), Pey Berland a dû naître avant 1380. Son père possédait des tenures de belle ampleur sur la seigneurie de Sainte-Croix en Médoc, dans les paroisses de Soussans, Margaux, Moulis et Avesan, celle-ci étant la résidence de la famille et le lieu de naissance du futur archevêque. Il était fils unique, aux dires de son dernier secrétaire Léonardus de Segoniis, né vers 1416, entré au service de l'archevêque vers vingt ans et devenu son secrétaire vers 1437. Ce témoin n'a connu ni le père ni la mère de Pey Berland, ni son parrain ni sa marraine, mais se souvient que l'archevêque a fait exhumer la dépouille de sa mère du cimetière de Moulis pour la faire enterrer dans l'église. Dans son testament, Pey Berland cite un consanguineus qui est son homonyme et surnommé "Forthin", ce proche parent est principalis in domo paternali (sua). Ce détail suggère une communauté familiale complexe.

2-D'après son testament, il a reçu ses premiers rudiments d'instruction de maître Raymond de Bruges, un notaire du voisinage; il évoque aussi le souvenir de l'épouse de cet homme. Entre l'apprentissage de la lecture et de l'écriture dans une bourgade du Médoc et l'université de Toulouse, où Pey Berland conquiert le grade modeste de bachelier en décret, il y a un vide qu'il serait imprudent de remplir automatiquement par l'école cathédrale. Pey Berland a gardé le goût des livres: son testament évoque ceux qu'il a copié de sa main. Plus tard, le chapitre fit faire des recherches à Toulouse pour en savoir plus sur la période de ses études, mais en vain. Fils d'une famille sans lustre mais aisée, Pey Berland n'a pas été poussé vers le clergé comme un cadet réduit aux seconds rôles, il a dû choisir de devenir ecclésiastique et il a eu les moyens de faire des études; aucun document ne fait allusion à des bienfaiteurs ni à un séjour dans un collège. Son parcours initial est étonnamment proche de celui de Nicolau de Gibran (140), d'une bonne dizaine d'années son cadet: ce fils de notaire bordelais est allé étudier à Toulouse d'où il est revenu bachelier en droit canon.

diocèse de bordeaux