CR 7 janvier 2011

Compte rendu de la réunion de l'équipe des Fasti du 7 janvier 2011

 

Informations diverses:

Le volume « Autun » des FEG, par Jacques Madignier, est paru depuis la fin de l’année 2010 (78 euros, 477 p.). La présentation de ce volume est disponible.

N. Gorochov a soutenu son HDR sur les universitaires parisiens du XIIIe siècle.

Quatre thèses de doctorat intéressant le groupe ont été soutenues en 2010 :

  • J.-V. Jourd’heuil, La mort et la sépulture des évêques des provinces de Lyon, Reims, Rouen et Sens du XIe au XVe siècle, dir. V. Tabbagh, Université de Bourgogne.
  • A. Le Roux, Servir le pape. Le recrutement des collecteurs pontificaux dans le royaume de France et en Provence de la papauté d’Avignon à l’aube de la Renaissance (1316-1521), dir. C. Vincent, Université Paris-X.
  • E. Rosenblieh, Juridiction conciliaire et juridiction pontificale au temps du concile de Bâle(1431-1449); recours, procédures et suppliques, dir. Cl. Gauvard, Université Paris-I.
  • P. Jugie, Le Sacré Collège et les cardinaux de la mort de Benoît XII à la mort de Grégoire XI (1342-1378), dir. Cl. Gauvard, Université Paris-I.

Livres et articles parus :

  • Da historia eclesiastica a historia religiosa, 2009 (Lusitania Sacra, 21).
  • M. do Rosario Barbosa Morluao (dir.), Testamenti ecclesiae Portugaliae (1071-1325) , Lisbonne, 2010.
  • A. Maria S.A. Rodrigues et alii, Os capitulares Bracarenses (1245-1374) : noticias biograficas , Lisbonne, 2005.
  • J.-R. Armogathe et P. Montaubin (dir.), Histoire générale du Christianisme , PUF, 2010, 2 t.
  • M.-M. de Cevins et J.-M. Matz (dir.), Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449) , Rennes, 2010 (contributions de Ch. Barralis, E. Bouyé, F. Délivré, A. Le Roux, A. Massoni, J.-M. Matz, Th. Pécout et V. Tabbagh).
  • C. Vincent et J. Pycke (dir.), Cathédrale et pèlerinage aux époques médiévale et moderne , Louvain-la-Neuve, 2010 (contributions de J.-M. Matz et V. Tabbagh).
  • M. Maillard-Luypaert, « Pour le salut de mon âme et l’honneur de mon église. Le testament de Grégoire Nicole, chanoine et official de Cambrai (1466, 1469) », dans Revue du Nord, t. 92, 2010, p. 7-51.
  • Eadem, « Du Hainaut à la Champagne en passant par le Brabant : les avatars de l’Ecclesia semper reformanda (première moitié du XVe siècle) » , dans Publications du Centre Europeen d’Etudes Bourguignonnes, 50, Rencontres d’Avignon (17 au 20 septembre 2009) : " L’Eglise et la vie religieuse, des pays bourguignons à l’ancien royaume d’Arles (XIVe-XVe siècle)" , 2010.
  • V. Tabbagh, « La présence sacerdotale dans le Val de Saône et le bailliage d’Auxois à la fin du XVe siècle » , dans Ibidem, p. 213-226.

Sous l’impulsion de Mgr Doré, archevêque émérite de Strasbourg, les éditions strasbourgeoises «La nuée bleue» viennent de rééditer une monographie de la cathédrale de Strasbourg et d’en éditer une autre de la cathédrale Reims. L’histoire du clergé y tient une place importante. Chaque volume, patroné par l’ordinaire du lieu, réunit les contributions du clergé, d’universitaires, d’archivistes-paléographes et d’historiens de l’art (B. Jordan est l’un des auteurs pour Strasbourg, P. Demouy a dirigé le volume de Reims). D’autres volumes sont annoncés (Quimper, Chartres, Bourges, Rouen).

Pour plus d'informations, le site des éditions "La nuée bleue": http://www.nueebleue.com/

Plusieurs colloques sont annoncés :

  • 18-19 mars 2011, Evêques et cardinaux princiers et curiaux, XIVe-début du XVIe s., Université de Lille-III / Grand-Séminaire de Tournai (contact : M. Maillard-Luypaert). Pour en savoir plus: le site de présentation du colloque
  • 24-25 mars 2011, Réalités provinciales en histoire religieuse. Autour de la Lorraine (XIIe-XVIIIe s.), Université de Metz (contact : Ch. Barralis).
  • 12-14 mai 2011, Munich, Les chapitres cathédraux en Allemagne et en Italie au Moyen Âge.
  • 8-10 juin 2011, Bourges, colloque Eglise et Etat en l’honneur d’H. Millet.
  • Fin 2011, Les bibliothèques canoniales, Université de Rouen.
  • 12-14 décembre 2011, collège des Bernardins, colloque sur la cathédrale de Paris (programme diffusé sur le site du diocèse).
  • Juin 2013, Aix-en-Provence, Les comptabilités princières, de Genève à Aix, de la deuxième moitié du XIIIe s. au début du XIVe s. (contact : Th. Pécout).

Pour les réunions prochaines, trois thèmes de réflexion sont proposés :

  • les cathédrales régulières
  • les activités charitables des chapitres
  • les utilisations possibles des notices FEG et leur valorisation

Fabrice Délivré évoque le GDRE relatif à la prosopographie et à l’héritage des clercs dans la culture européenne. Une réunion a eu lieu à Lisbonne, rassemblant portugais, français, italiens et hongrois. Les travaux prosopographiques varient en fonction des pays. Ils sont terminés en Angleterre (équipe dissoute), embrassent des périodes différentes (mi-XIIe s. – 1325 au Portugal, la suite des recherches commence à peine) ou des corpus différents (prosopographie du clergé diocésain en Hongrie). Les relations sont fragiles avec l’Italie, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Il faudrait avoir des approches thématiques pour élargir les problématiques. Une réunion du GDRE est envisagée du 17 au 19 novembre 2011 à Angers sur la mobilité des clercs.

Hugues Labarthe (ANR Corelpa) constitue un atlas européen des établissements religieux et cartographie les bénéfices des clercs.

Avranches, évolution urbaine d’une cité épiscopale du XIe au XVIIIe siècle, par David Nicolas-Méry (conservateur du Musée d’Avranches):

D. Nicolas-Mery étudie l’architecture civile de la baie du Mont-Saint-Michel du XIIe au XVe siècle dans le cadre d’une thèse dirigée par E. Lorans. Cet espace n’avait pas encore été prospecté. Le temporel de l’abbaye du Mont avec ses dix prieur és y est plus représenté que celui de l’évêque. L’étude morphologique se fonde sur la lecture des plans modernes. Il subsiste trois maisons médiévales dans la cité, outre quinze celliers-caves. La cathédrale a été arasée en 1802 et fouillée dans les années 1970. La cité est partagée en deux pôles : la cathédrale dans la ville haute, l’église St-Gervais sur l’ancien forum qui correspond à la partie basse. Il n’y a pas de quartier canonial médiéval. En 1269, avec l’autorisation du roi qui est seigneur de la ville, l’évêque accorde le droit de constuire sept maisons canoniales contre le rempart. Douze chanoines sont alors cités alors qu’il devait en avoir une vingtaine.

Présentation du Dictionnaire biographique en ligne des chanteurs des XVe et XVIe siècles, par David Fiala:

D. Fiala a soutenu une thèse de musicologie sur la musique à la cour de Bourgogne à la fin du XVe siècle (Université de Tours). Il dirige une prosopographie des chantres de la Renaissance (3 600 fiches informatisées). Le terme de « musicien » est anachronique. Les chanteurs d’église sont des clercs, qu’il faut différencier des instrumentistes. Dans les sources, « chantre  » est un mot difficile à cerner. Distincts du chœur des enfants, les chanoines musiciens lisent la notation musicale pour la polyphonie et pas seulement pour le plain chant. Une grande partie de la polyphonie est improvisée. Ils forment une communauté homogène qui circule d’une cité à l’autre. Ils sont de quatre à douze (Cambrai) par chapitre et se rencontrent sous une grande variété d’appellation. On peut se demander ce que signifie un canonicat dans leur carrière. Jean II est le premier roi à avoir une véritable chapelle musicale, une demi-siècle après le roi anglais. Ensuite, chaque cour adopte ce système. Les organistes sont par ailleurs mal connus.

Une discussion suit pour cerner avec plus de prudence le mot « chantre  » et celui de « chapelain  » notamment lorsque cela concerne le service du pape. V. Tabbagh remarque que beaucoup de ces chanoines musiciens ont des enfants illégitimes au XVe siècle, phénomène de plus en plus accepté à cette époque.

Les collecteurs apostoliques, par Amandine Le Roux

A. Le Roux expose les grands traits de sa thèse concernant les personnes chargées de la collecte des redevances dues à la papauté. 384 collecteurs disposent d’une notice qui a puisé notamment aux Archives du Vatican. De nombreux chanoines sont mis en cause dans des procès. Il fallait comprendre une méthode de gouvernement, de Jean XXII à 1521. Les sources parlent de collector, nuncius, receptor ou encore commissarius. La Chambre apostolique choisit un de ces quatre mots pour une mission spécifique. AL a étudié les procédures de nomination (bulles) et les qualités demandées. Jusqu’à Eugène IV, la France et la Provence sont les principaux contributeurs de la papauté. Son approche prosopographique a permis de dresser une typologie de cinq profils. Un exemplaire de la thèse est déposé à la bibliothèque des Fasti.

Notice institutionnelle de Saint-Brieuc, par M. Glaz

Faute de temps, M. Glaz (master, Université de Brest) présente une partie de la notice institutionnelle de Saint-Brieuc. Jusqu’il y a peu, on pensait que le diocèse avait été fondé au IXe s. mais il semble que la première mention d’un évêque ne remonte pas au-delà de 1024/34. Le siège échappe donc au « modèle breton » du saint celtique venu fonder un monastère devenu ensuite siège d’un évêché. St-Brieuc est un démembrement d’Alet avec 116 paroisses mais aussi 15 enclaves de Dol. Deux archidiaconés sont connus au XIIe siècle mais de doyennés ni d’archiprêtrés. Il n’y pas de quartier canonial dans la cité. Les comtes d’Avaugour exercent la régale du XIIIe au milieu du XIVe siècle. L’évêché est taxé à 2 400 fl. Douze prébendes sont connues au chapitre en 1233 puis quatorze en 1330. Une liste de 1470 indique 17 chanoines.

Compte rendu rédigé par Jean-Vincent Jourd’heuil

Date réunion
07-01-2011